Une soixan­taine d’organisations lancent un appel à l’Union euro­péenne pour qu’elle inter­vienne de manière concrète et soli­daire dans le sou­tien aux peuples de Médi­ter­ran­née en révolte. En voi­ci le texte :

© faber

Alors que des chan­ge­ments poli­tiques majeurs, annon­çant la fin de régimes auto­ri­taires, sont amor­cés au sud de la Médi­ter­ra­née, les gou­ver­ne­ments et les ins­tances de l’Union euro­péenne se montrent avant tout pré­oc­cu­pés de se pro­té­ger contre « les flux migra­toires incon­trô­lables » que pour­raient entraî­ner ces bou­le­ver­se­ments. Les experts et les ser­vices diplo­ma­tiques, qui n’ont rien vu venir des mou­ve­ments poli­tiques en cours, ne craignent pas aujourd’hui d’affirmer que des mil­liers de migrants risquent de défer­ler sur les ter­ri­toires européens.

L’UE a adop­té en 2001 un dis­po­si­tif dit de « pro­tec­tion tem­po­raire » pour les res­sor­tis­sants d’Etats qui, vic­times d’une catas­trophe natu­relle, de troubles poli­tiques dans leur pays ou de conflits armés, auraient besoin en urgence de trou­ver un abri en Europe. Mais « à l’heure actuelle, il n’y a pas de flux de réfu­giés en pro­ve­nance de Libye », s’est empres­sée d’indiquer la Com­mis­sion euro­péenne. Dans le même temps elle envoie des patrouilles sur ses fron­tières mari­times, via Fron­tex, pour empê­cher les réfu­giés poten­tiels, assi­mi­lés à des migrants clan­des­tins, de tra­ver­ser la Méditerranée !
Pen­dant ce temps, la situa­tion s’aggrave de jour en jour en Libye et à ses fron­tières. En Tuni­sie, où affluent des dizaines de mil­liers de réfu­giés, le dis­po­si­tif est satu­ré, mal­gré les efforts déployés par les auto­ri­tés locales. L’Europe ne peut pas conti­nuer à faire comme si elle n’était pas concer­née par le sort des dizaines ou cen­taines de mil­liers de per­sonnes qui ont besoin de pro­tec­tion dans les pays actuel­le­ment trou­blés, ni par celui des migrants, ori­gi­naires de divers autres pays arabes, afri­cains, asia­tiques, qui y résident.
Il n’y a pas si long­temps, l’Europe se tar­guait de déployer « une poli­tique euro-médi­ter­ra­néenne ». Cette ambi­tion aurait-elle volé en éclat, au moment même où plu­sieurs des nations poten­tiel­le­ment par­te­naires de cette « Euro-Médi­ter­ra­née » sont en voie de deve­nir des démo­cra­ties ? Nous en appe­lons solen­nel­le­ment à tous les gou­ver­ne­ments euro­péens, aux ins­tances de l’UE, à tous les par­tis poli­tiques pour que soient prises, en concer­ta­tion avec les par­te­naires du pour­tour médi­ter­ra­néen, les mesures qui s’imposent d’urgence :
– mettre à dis­po­si­tion des avions pour per­mettre le rapa­trie­ment non seule­ment des natio­naux des pays euro­péens mais de tous ceux qui peuvent et veulent ren­trer dans leur pays, tels les Égyp­tiens qui sont actuel­le­ment en Tunisie ;
– per­mettre l’évacuation par air ou par mer, à par­tir des por­tions de ter­ri­toire libyen qui ne sont plus aux mains de Kadha­fi, des étran­gers blo­qués en Libye et dont leurs gou­ver­ne­ments sont dans l’incapacité de les évacuer ;
– pré­voir l’accueil, sur le ter­ri­toire euro­péen, des réfu­giés qui ne peuvent ren­trer dans leurs pays ;
– mettre en œuvre sans plus attendre le dis­po­si­tif per­met­tant d’accorder la pro­tec­tion tem­po­raire à tous ceux qui, dans la situa­tion d’urgence où nous sommes, peuvent légi­ti­me­ment s’en prévaloir ;
– mettre un terme aux patrouilles de Fron­tex qui empêchent l’arrivée des réfu­giés par mer.
Il faut ces­ser de nour­rir la peur des popu­la­tions euro­péennes en bran­dis­sant sys­té­ma­ti­que­ment le spectre de l’ « inva­sion ». Il faut ces­ser de consi­dé­rer comme une prio­ri­té d’empêcher l’émigration en pro­ve­nance de ter­ri­toires trou­blés. Nous refu­sons cet égoïsme cri­mi­nel. Nous vou­lons une Europe de la soli­da­ri­té et de l’accueil.
Organisations signataires :  * ACORT (Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie), FR  * ACTIT (Association Culturelle des Travailleurs Immigrés Turcs), FR  * AEDH (Association européenne pour la défense des droits de l’Homme)  * Les Alternatifs, FR; Alternative libertaire, FR  * AMDH (Association Marocaine des Droits Humains), MA  * Anafé (Association nationale pour l’assistance aux frontières des étrangers), FR  * ARACEM (Association des Refoulés d’Afrique Centrale), ML  * ARCI (Associazione Ricreativa e Culturale Italiana), IT  * ASDHOM (Association de défense des droits de l’homme au Maroc), MA  * ATF-Paris (Association des Tunisiens en France), FR  * ATMF (Association des travailleurs maghrébins en France), FR  * ATTAC, FR  * CAAR (Comité d’aide aux réfugiés), FR  * Cedetim (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale), FR  * CETRI (Centre tricontinental), BE  * C. I.C. S.TE Arcure Art. 17, FR  * La Cimade, FR  * CIRÉ (Coordination et Initiatives pour et avec les Réfugiés et Étrangers), BE  * CMF (Collectif des musulmans de France), FR  * CNCD-11.11.11 (Centre national de coopération au développement), BE  * Collectif de soutien aux exilés du Xe arrdt de Paris, FR  * Collectif de soutien aux Sans-Papiers de la Côte (Vaud), CH  * Collectif de soutien de l’EHESS aux sans papiers et aux migrant-es, FR  * Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers, FR  * Collectif Droit de Rester (Lausanne), CH  * Collectif Portugais pour une Pleine Citoyenneté, FR  * Comede (Comité médical pour les exilés), FR  * Comité Dunkerque littoral du MRAP, FR  * Coordination Asile-Migration (Vaud), CH  * CRID (Centre de recherche et d’informations pour le développement), FR  * CRLDHT (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de Homme en Tunisie), FR  * ENDA Europe  * Emmaüs international  * Emmaüs Europe  * Euromarches (Réseau européen contre le chômage)  * Europe Ecologie Les Verts, FR  * FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique), FR  * FASTI (Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés), FR  * Federación de SOS Racismo, ES  * Fédération de l’Entraide Protestante, FR  * Fédération des PEP, FR  * Flandre terre solidaire, FR  * Fondation Copernic, FR  * FTCR (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives), FR  * FTDA (France Terre d’Asile), FR  * GAS (Groupe Accueil et Solidarité), FR  * Gauche Cactus, FR  * Gauche unitaire, FR  * Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), FR  * IDD (Immigration Développement Démocratie), FR  * IPAM (Initiatives pour un autre monde), FR  * Ligue des droits de l’Homme, FR  * Ligue des droits de l’Homme, BE  * Migreurop; Mouvement de la Paix, FR  * MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), FR  * MRAX (Mouvement contre le rascisme, l’antisémitisme et la Xénophobie), BE  * NAGA (Associazione Volontaria di Assistenza Socio-Sanitaria e per i Diritti di Cittadini Stranieri, Milan), IT  * OPADES (Organisation Panafricaine de Défense des Droits Economiques et Sociaux), GN  * Parti de Gauche, FR  * REMDH (Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme) ; Réseau Féministe « Ruptures », FR  * RESF (Réseau Education sans frontières), FR  * RéSo, Réformistes & Solidaires, FR  * RUSF (Réseau Universités sans frontières) Paris X-Nanterre, FR  * SAF (Syndicat des avocats de France), FR  * Salam Nord Pas-de-Calais, FR  * Solidarité laïque, FR  * Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT), FR  * Terre d’Errance (Norrent-Fontes), FR  * Terre des Hommes France, FR  * Union syndicale Solidaires, FR  * revue Vacarme, FR
FTCR (Membre de Migreurop) – 5 rue de Nantes – 75019 PARIS - Tel/Fax 00331 40 34 18 15 – ftcr@ftcr.eu – www.ftcr.eu
Share Button