Vous avez vu comme il a vite dégai­né, notre Shé­rif agi­té : plus vite que son ombre. Même que Jup­pé, en mis­sion euro­péenne, en a été esto­ma­qué – fal­lait encais­ser ça, pour le super-ministre tout neuf, se faire à ce point squee­zer. L’était pas au cou­rant, dis ; avait l’air tota­le­ment dans les choux (de Bruxelles). Le conseil spé­cial euro­péen, pareil : sur le cul tout autant que Cathe­rine (Ash­ton) et Ange­la (Mer­kel) qui, pour­tant, en ont déjà sou­pé des caprices de l’époux de Mme Bruni.

 

Ain­si vient-Il, sans crier gare, de se ran­ger auprès du Conseil natio­nal de tran­si­tion (repré­sen­té par l’ancien ministre de la jus­tice de Kadha­fi !) et de se clai­ron­ner prêt à en découdre avec le maître en sur­sis de Tri­po­li. Trois jours avant, fal­lait sur­tout pas par­ler d’intervention ou quoi que ce soit ! Le tout sous la ban­nière va-t-en guerre de BHL, qui se fai­sait si rare ces temps-ci. La géo-poli­tique est vrai­ment un monde de brutes et de traîtres.

 

Car la Libye, c’est pas cette Tuni­sie tout juste bonne à épon­ger du tou­riste et de la ministre en goguette. La Libye, c’est y a bon pétrole et affaires miro­bo­lantes (7 mil­liards de com­mandes, ouais…). Certes, ça pue encore pas mal le Kadha­fi ava­rié mais notre zébu­lon n’a pas hési­té davan­tage pour chan­ger de camp et mar­quer ses nou­veaux ter­ri­toires d’intérêts.

L’autre allu­mé des sables était encore fré­quen­table en 2007, mais cette fois, non, on le jette, trop moi­si. À pro­pos, j’ai véri­fié sur le site www.elysee.fr – essayez voir –, a pu’ Kadha­fi en pho­to avec son hôte ély­séen, pas davan­tage de « Qad­da­fi », ain­si qu’il avait été ortho­gra­phié, à l’arabe, et qu’il appa­rais­sait encore il y a peu, his­toire de brouiller les pistes… Mais là, non, plus rien du Guide de la Révo­lu­tion sinon le pro­gramme de la visite en juillet 2007 de la délé­ga­tion (Kouch­ner en tête) qui pré­pa­ra la venue pari­sienne du Bédouin en décembre et encore dans les mémoires… Mais j’ai mes archives perso.

Enfin, bon, voi­là qui augure bien-mal des pro­chains som­mets euro­péens et de la marche des vingt-sept vers la diplo­ma­tie à une voix. A pro­pos de voix, c’est bien le cas, autant ratis­ser de ce côté-là pour faire oublier les fias­cos diplo­ma­tiques des der­niers mois et ten­ter de reprendre quelques points dans l’opinion lepe­ni­sée. Ça sent tout de même les car­touches foireuses…

Share Button