Mort de Ricet Barrier. V’là l’ printemps pourri…

Printemps pourri : Ricet Barrier a cassé sa pipe de (faux) pèquenot de la (vraie) chanson.  Ce mâtiné des Frères Jacques, de Vassiliu et de Bobby Lapointe, Maurice-Pierre Barrier a succombé au cancer à 86 ans, le 21 mai, à Sainte-Cécile, Puy-de-Dôme. On n’en a pas fait un foin. Normal, entre sécheresse et orages, et avec tout ce qui se passe dans le vaste monde… Alors, eul’ bourrin « Bijou » de Eh, la Marie !, eul’ t’lacteu… sur fond d’enclume d’Isabelle, v’là l’printemps, le blues éjaculatoire des Spermatozoïdes, le swing de Dolly 25, tout ça est passé à la trappe de l’Actu. Pourtant, avec La Servante du Château on bordure le « troussage de domestique », tiens :

« Pour m’consoler j’ai été trinquer

« Avec Nicolas l’riche meunier

« On a dansé sous les lampions

« Le v’là qui tripote mon jupon

« Pour voir si c’est pas du coton »…

 

Le reste est assez différent, vu que ça se passe pas exactement à Manhattan.  Allez, un p’tit coup d’Eh ! la Marie pour la route finale du chansonnier.

 

[audio:http://ponthieu.net/c-pour-dire/wp-content/1audio/1Eh La Marie.mp3|titles=Eh La Marie! – Ricet Barrier|autostart=no]
Partager

10 réflexions sur “Mort de Ricet Barrier. V’là l’ printemps pourri…

  • 6 juin 2011 à 17 h 53 min
    Permalien

    Maurice Garrel, Ricet Barrier… bon d’accord, ils ne sont pas dans le même registre. Un point de rencontre pourtant : pas dans le show-bises de la télématou maton et pourtant si rayonnants. Ca fera à peine une brève piquée collée d’une dépêche. Même pas mode.

    Répondre
    • 6 juin 2011 à 18 h 01 min
      Permalien

      Mais oui Maurice Garrel aussi ! On n’arrive plus à suivre… Pourvu qu’on ne soit pas sur la liste…

      Répondre
      • 6 juin 2011 à 18 h 50 min
        Permalien

        “Comme dirait Monsieur le Curé, chauffe un marron ça le fait péter…”
        On est sur la liste mon bon Gérard, chauffons, chauffons les marrons, vite avant que ça ne pète!

        Répondre
  • 6 juin 2011 à 18 h 04 min
    Permalien

    Si c’est l’Johnny qui casse son calumet : obsèques mondiales!

    Répondre
  • 6 juin 2011 à 18 h 07 min
    Permalien

    Merci le Ponthieu d’évoquer le Ricet. J’avais redécouvert le mec cet été. Notre hôte nous faisait écouter la sérénade au moment du diner. Ça aide à digérer et évite de dire des conneries. Y avait comme du bonheur dans ses chansons, des choses plus très vendeuses, hélas. je croyais qu’il était mort à 76 piges, d’après le poste. Et oui, le Vassiliu, ça y ressemble. La dernière fois que je l’ai vu, il était tellement saoul qu’il croyait qu’il donnait un concert … Ce qu’il tentait de faire en effet.
    Mais Vassiliu saoul, c’est toujours mieux que Carla ou ses potes, sans poumons, sans paroles et presque sans musique.

    Répondre
    • 6 juin 2011 à 19 h 36 min
      Permalien

      Sauf quand la recette foire (Desproges, Le Luron, et même Coluche pas immunisé contre les camions, le con)…

      Répondre
  • 6 juin 2011 à 19 h 32 min
    Permalien

    Ouhlà, ça sent drôlement sa génération roussie… Aux abris les sexagéré(e)s et même pire !

    Répondre
  • 7 juin 2011 à 11 h 03 min
    Permalien

    Toujours triste le départ d’un vrai chanteur, vrai poète, un peu de jeunesse qui s’en va.

    Répondre
  • 8 juin 2011 à 0 h 18 min
    Permalien

    Coup de vieux : ma fille (40 ans) n’avait jamais entendu parler de Ricet Barrier ! La pauvre… je l ai si mal éduquée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »