« Orga­ni­sa­tion ration­nelle et cynique de la misère  ». Bon sang, mais c’est bien sûr ! En écou­tant aujourd’hui [24/6/11] le jour­nal d’Antoine Mer­cier, à 12h.30 sur France-Culture, j’ai bon­di en enten­dant cette for­mule de Marie-José Mond­zain*. Je me suis deman­dé pour­quoi aucun jour­na­liste, édi­to­ria­liste, chro­ni­queur, grand repor­ter, obser­va­teur aver­ti, ne l’a employée jusqu’alors. Elle com­men­tait deux infos chaudes: la fer­me­ture du refuge pour femmes du Samu social à Paris - faute de cré­dits - et les plans d’austérité en Grèce, mais elle avait évi­dem­ment en tête bien d’autres symp­tomes du mer­dier ambiant. Comme je pense que ton blog est un lieu de par­tage de qua­li­té, je livre une trans­crip­tion de ce com­men­taire à ceux qui le fré­quentent. c’est bien sûr une impro­vi­sa­tion orale que Mme Mond­zain aurait sans doute amen­dée si elle devait la publier, mais la force de l’idée demeure bien pré­sente: au-delà de notre indi­gna­tion il faut voir l’indignité d’une huma­ni­té mise en coupe réglée. Une indi­gni­té que nous par­ta­geons tous. 

Domi­nique Dréan

Marie-José Mond­zain : « J’ai l’impression d’une orga­ni­sa­tion ration­nelle et cynique de plus en plus grande de la misère de ceux qui vivent et qui n’arrivent plus à vivre, que ce soit près de nous ou plus loin, mais la Grèce, ça n’est pas si loin.

« Cette orga­ni­sa­tion ration­nelle et cynique de la misère pro­voque ces ras­sem­ble­ments de ceux qu’on appelle « les indi­gnés » et je sais que ce mot fait fureur, d’une cer­taine façon, dans la mesure ou le grand et admi­rable Sté­phane Hes­sel, sous le titre de l’indignation ras­sem­blait le plus grand nombre, au-delà des fron­tières, pour dire quelque chose du carac­tère into­lé­rable de la situation.

« Alors, je vou­drais, mal­gré tout, au sujet des indi­gnés comme de l’indignation, dire que [cela…] me semble aujourd’hui une expé­rience rela­ti­ve­ment limi­tée dans la mesure où cette indi­gna­tion est un régime d’expression affec­tif et moral qui apaise d’une cer­taine façon la conscience des citoyens qui, par­ta­geant une indi­gna­tion, croient qu’ils sont déjà dans une mobi­li­sa­tion politique.

« Je pense que cette indi­gna­tion est un voile pudique, comme expé­rience morale et affec­tive, de quelque chose qui me paraît beau­coup plus radi­cal et qui est l’indignité. Nous ne par­ta­geons pas seule­ment l’indignation, nous devons savoir que nous par­ta­geons aus­si l’indignité, c’est-à-dire la perte du droit au res­pect, à la parole et à la liber­té. Donc ce n’est pas en tant qu’indignée que je parle là : c’est pour dire que je par­tage l’indignité et pour dire sur­tout qu’on se rende compte de l’indignité silen­cieuse, sans bruit, sans pos­si­bi­li­té expres­sive, de ceux qui sont sans voix, sans abri, sans parole, cou­pés de leur langue, de leur pays…

© faber

« Donc il y a là quelque chose de radi­cal qui est la seule façon, face à l’indignité, de se dire que ce que l’on attend n’est pas un réveil des consciences mais un réveil de l’action poli­tique. L’indignation ne suf­fit pas à mobi­li­ser poli­ti­que­ment. […] La mobi­li­sa­tion poli­tique ne peut pas se conten­ter de l’apaisement d’une indi­gna­tion par­ta­gée. Il faut par­ta­ger une indignité.

Antoine Mer­cier : « Vous par­lez d’organisation ration­nelle et cynique de la misère. On peut ima­gi­ner qu’elle est cynique, mais rationnelle… »

Marie-José Mond­zain : « Elle est ration­nelle, oui, parce qu’elle a ses jus­ti­fi­ca­tions comp­tables, elle a ses jus­ti­fi­ca­tions finan­cières, elle a ses experts éco­no­miques et elle a la ratio­na­li­té des pro­fits. Il y a une légi­ti­mi­té qui s’établit dans la ratio­na­li­té-même du capi­tal et du capi­ta­lisme néo libé­ral et sa vio­lence, et qui est sou­te­nu par une science éco­no­mique, des experts éco­no­miques, des sou­cis d’équilibre comp­table et là on est dans une rationalité.

Non pas que l’indignité soit irra­tion­nelle, mais c’est une autre ratio­na­li­té. »

Cli­quer ici pour entendre l’émission de radio et son inter­ven­tion [pla­cer le cur­seur un peu avant la moitié].

* Marie-José Mond­zain est phi­lo­sophe et écri­vain, direc­trice de recherche au CNRS et spé­cia­liste de l’image.

Share Button