Pré­sen­té par l’AFP comme une « étude », l’article ci-des­sous a été titré « Le riche est por­té sur la triche ». Le mien, de titre, ren­voie à la célèbre invec­tive de Gabin dans La Tra­ver­sée de Paris : « Salauds de pauvres ! »…

Les per­sonnes issues des classes supé­rieures ont davan­tage ten­dance à enfreindre le code de la route, à cha­par­der des bon­bons ou à men­tir dans le but de s’enrichir encore davan­tage, selon une étude réa­li­sée aux Etats-Unis et au Canada.

L’étude, publiée aujourd’hui dans la Revue de l’Académie natio­nale des Sciences (PNAS), a été réa­li­sée par des cher­cheurs de l’Université de Cali­for­nie à Ber­ke­ley et de l’Université de Toron­to, qui ont réa­li­sé sept expé­riences dif­fé­rentes auprès d’une cen­taine de per­sonnes pour chaque test.

L’une de ces expé­riences a mon­tré que les pro­prié­taires de grosses cylin­drées avaient plus ten­dance que les autres à com­mettre une infrac­tion à un car­re­four et lais­saient moins tra­ver­ser les pié­tons. Un autre test réa­li­sé avec un jeu de dés et une récom­pense à la clé a mon­tré que les per­sonnes se disant d’un sta­tut social supé­rieur avaient davan­tage ten­dance à men­tir sur leur score.

Lors d’un entre­tien d’embauche simu­lé, ces der­nières hési­taient moins à men­tir à la per­sonne qu’elles étaient cen­sées recru­ter en omet­tant de lui dire que le poste pro­po­sé devait rapi­de­ment être supprimé.

Et lorsqu’on leur a don­né un paquet de bon­bons en leur disant qu’il était des­ti­né à des enfants pré­sents dans une pièce voi­sine mais qu’elles pou­vaient se ser­vir, les per­sonnes de milieux favo­ri­sés pio­chaient davan­tage que les autres.

« La recherche de l’intérêt per­son­nel est une moti­va­tion plus impor­tante pour l’élite, et la cupi­di­té qui s’accroît avec la for­tune et le rang social peut ame­ner cer­tains à mal se conduire », ont expli­qué les auteurs de l’étude.

AFP  Publié le 27/02/2012

Pas­sage recom­man­dé par lObser­va­toire des inéga­li­tés

Share Button