Ibrahim Maalouf entre parking et platanes du Charlie Jazz Festival

Un banal sous-sol de parking, cinq palettes en bois, une gratte et son ampli ; enfin une trompette et son souffleur. Et quand même une bonne dose de talent. Il n’en fallait pas plus à Ibrahim Maalouf et François Delporte pour faire jaillir la musique, de celle qui vient des profondeurs, bien en deçà du parking de Télérama.

Le trompettiste franco-libanais vient de sortir un nouveau disque, Wind, qui s’inspire d’un film de René Clair, La Proie du vent, un film muet de 1926. Il y est question d’un pilote pris dans une tempête et forcé d’atterrir dans un parc du château. Il tombe amoureux de la maîtresse des lieux… Comment en vient-on à composer du jazz là-dessus ? Comment Miles composa, à la volée, la bande originale d’Ascenseur pour l’échafaud ?

Si vous voulez comprendre ce genre de mystère, prenez date : Ibrahim Maalouf jouera avec son quintette le samedi 6 juillet au Charlie Jazz Festival de Vitrolles.

L’occasion de faire aussi le lien, le vendredi 5, avec Marseille-Provence 2013 et le concert donné par le Mediterranean Charlie Orchestra, alliage prometteur entre l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée et la compagnie Nine Spirit – soit une trentaine de musiciens enlevés par le saxophoniste et compositeur Raphaël Imbert.

Le festival prendra fin le dimanche 7 avec le quartet d’Avishaï Cohen, contrebassiste pétillant. Il remplace ainsi le trompettiste Roy Hargrove, obligé d’annuler sa tournée pour raison de santé.

Programme complet du Charlie Jazz Festival et réservation : http://charliejazzfestival.com/


Ibrahim Maalouf en Télérama garage Session par telerama

Lire aussi l’entretien avec Ibrahim Maalouf sur CitizenJazz.com

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »