Ibrahim Maalouf entre parking et platanes du Charlie Jazz Festival

Un banal sous-sol de parking, cinq palettes en bois, une gratte et son ampli ; enfin une trompette et son souffleur. Et quand même une bonne dose de talent. Il n’en fallait pas plus à Ibrahim Maalouf et François Delporte pour faire jaillir la musique, de celle qui vient des profondeurs, bien en deçà du parking de Télérama.

Le trompettiste franco-libanais vient de sortir un nouveau disque, Wind, qui s’inspire d’un film de René Clair, La Proie du vent, un film muet de 1926. Il y est question d’un pilote pris dans une tempête et forcé d’atterrir dans un parc du château. Il tombe amoureux de la maîtresse des lieux… Comment en vient-on à composer du jazz là-dessus ? Comment Miles composa, à la volée, la bande originale d’Ascenseur pour l’échafaud ?

Si vous voulez comprendre ce genre de mystère, prenez date : Ibrahim Maalouf jouera avec son quintette le samedi 6 juillet au Charlie Jazz Festival de Vitrolles.

L’occasion de faire aussi le lien, le vendredi 5, avec Marseille-Provence 2013 et le concert donné par le Mediterranean Charlie Orchestra, alliage prometteur entre l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée et la compagnie Nine Spirit – soit une trentaine de musiciens enlevés par le saxophoniste et compositeur Raphaël Imbert.

Le festival prendra fin le dimanche 7 avec le quartet d’Avishaï Cohen, contrebassiste pétillant. Il remplace ainsi le trompettiste Roy Hargrove, obligé d’annuler sa tournée pour raison de santé.

Programme complet du Charlie Jazz Festival et réservation : http://charliejazzfestival.com/


Ibrahim Maalouf en Télérama garage Session par telerama

Lire aussi l’entretien avec Ibrahim Maalouf sur CitizenJazz.com

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »