“Je suis Charlie”. Les mots, les images, les symboles

charlie-photo-Martin-Argyroglo
© Martin Argyroglo

[C]ette photo, vite devenue emblématique, a été prise par Martin Argyroglo, un photographe indépendant. Elle a été partagée sur Twitter des milliers de fois. Le cliché a été qualifié de « plus belle photo de la manifestation », d’instantané « historique » et, comme tel, comparé au tableau d’Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple. Le peintre s’était inspiré du soulèvement populaire parisien contre Charles X, les 27, 28 et 29 juillet 1830, connues sous le nom des Trois Glorieuses.

On remarquera aussi sur cette image, au pied de Madame LaNation, une pancarte au graphisme typé souvent vu dans les manifs. Et pour cause : son auteur est un fervent pratiquant des manifs, dès lors qu’il en épouse la cause, en France et en Europe. Un reporter du Monde.fr a retrouvé ce militant.

L’homme-pancarte par lemondefr

Une autre photo tient la vedette de cette actualité, elle a été prise par un photographe de Nantes, Stéphane Mahé, venu en renfort pour l’agence britannique Reuters. Appelée“Le crayon guidant le peuple”, elle immortalise Charles Bousquet, un jeune comédien de Lamalou-les-Bains (Hérault) armé d’un crayon géant et installé sur Le Triomphe de la République, place de la Nation.

Le Crayon guidant le peuple charlie
“Le Crayon guidant le peuple”. © Stéphane Mahé, Reuters                                                     Le tableau d’Eugène Delacroix, 1830
Partager

5
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
La pie

Gérard grâce à toi je reste en relation avec la France. La première photo est belle comme un tableau.
En cette nouvelle année je souhaite que ce bel élan débouche sur du positif , du constructif
Salut du Viêt Nam

Dominique Dréan

Emblématique, emblématique…je la découvre ici et t’en remercie. Elle est tout à fait étonnante. Passer maintenant du symbole aux actes, tout reste à faire…

Personnellement, tous les “slogans” “écrits” imposés désormais dans les manifs et autres trucs médiatisés, me gonflent au plus au point. C’est un chantage, (Je m’offre en droit à l’image, mais vous passez mon message…) Faut faire avec, si on est un pro de la presse pour recevoir quelques pépètes, mais c’est chiant.
sinon, pour cette “icone” (réussie), ça prouve que ce photographe patient, a une très bonne culture visuelle historique. Le problème est la répétitivité de ce genre d’images, (photo/peinture), “remâchées”, encore et encore. (voir les World Press !)

jesusCharlie

rRose Selavy

C’est la théâtralité de l’événement qui s’est mise en scène, comme une coagulation historique que la photo, géniale, va fixer dans les mémoires. Magnifique !

Gian

J’apprécie assez la réapporpriation du drapeau bleu-blanc-rouge par des gens qui ne sont pas spécialement nationalistes, d’extrême-droite “patriote”, et qui en font plutôt un symbole de liberté. Une réhabilitation de la Révolution avant sa récupération par la bourgeoisie d’abord, l’Ogre ensuite…

Translate »