Tunisie. “Charlie” et la suite

je-suist-unisie

L’actualisation du slogan « Charlie » résume tout, hélas. Tout, c’est-à-dire, en référence aux attentats de janvier à Paris, une même analogie dans l’horreur fanatique et mortifère ; un même but destructeur qui s’en prend à l’Histoire – celle de la Tunisie, à travers le musée du Bardo –; à l’Occident, désigné comme Satan à travers ses touristes « dépravés »; et à la Démocratie, assimilée à la déchéance laïque – donc anti-coranique. En prime, si on ose dire, cet odieux attentat – 22 morts, une cinquantaine de blessés – ruine pour longtemps la chancelante économie tunisienne en grande partie basée sur le tourisme.

L’« État islamique » vient ainsi de faire son entrée fracassante dans cette Tunisie qui, depuis quatre ans, parvenait tant bien que mal à sauvegarder sa révolution et ses fragiles acquis. Ainsi contraint à décréter l’« état de guerre », le gouvernement tunisien tombe dans l’engrenage répressif qui s’attaque aux effets et non aux causes. Des causes d’ailleurs si profondes qu’elles outrepassent les capacités réactives d’un petit État et même – c’est tout dire – celles de la « communauté internationale ». Ladite « communauté » qui, par ses membres voyous, ses machines de guerre, son économie de la Finance et du tout-Marchandise, a largement contribué à allumer la mèche rampante du fascisme islamiste.

Les reportages d’Envoyé spécial (France 2), notamment les passages tournés à Sidi Bouzid d’où était partie la révolution avec le suicide de Mohamed Bouazizi, montrent un tel clivage haineux entre salafistes et démocrates qu’on peut craindre le pire à court terme. Et comment ne pas voir la menace de ce clivage général dans notre monde en désarroi ? N’en verra-t-on pas les effets « collatéraux » dès dimanche prochain dans les urnes bien de chez nous ?

• D’autres articles en tapant “Tunisie” dans la case de Recherche

Partager

5
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Gian

Et si nous n’en étions qu’au tout début d’une vaste saignée malthusienne, à tout le moins une tentative de régulation automatique ? Certes, à Charlie ou au Bardo se sont surtout quelques Blancs qui meurent. Mais en Méditerranée, au Nigéria, en Syrie, en Irak, en Libye, en Haïti, en RDC et ailleurs, se sont plutôt des familles nombreuses. Y a-t-il d’autres solutions face au pullulement – et à la destruction de la planète qui va avec – que la mort violente ?

marie

Nous sommes choqués et meurtris mais nous n’avons, si j’ose dire, que les éclaboussures, sanglantes, mais éclaboussures seulement de la guerre qui se joue entre chiites et sunnites d’une part puis entre sunnites eux-mêmes (Daech-Salafistes) entre autres, même si les multiples composantes et sous composantes de l’islam nécessiteraient une analyse beaucoup plus fine de ce qui est en train de se jouer dans “l’Orient compliqué”

Translate »