Road chronique américaine – 4 – Big Texan ne craint ni la barbaque, ni la mort

Suite du périple états-unien de Robert et Gérard

23 avril 2015, jeudi, Texas

Quitté le Tennessee (Nashville et Memphis), traversé l’Arkansas (prononcer « ârkinssâ », le â tirant sur le o…), dépassé Little Rock (ses tristement fameuses émeutes raciales de 57-59), changé de fuseau horaire, franchi le Mississippi, la Canadian River, le fleuve Arkansas, surfé sur des miles et des miles dans l’Oklahoma, laissé dans notre sillage Oklahoma City, El Reno et Clinton (pas l’autre), borduré une tornade, le tout sans avoir rencontré un seul Cherokee, pas un Apache des Grandes Plaines (mais nous ne sommes pas entrés dans leurs réserves). « It’s a long, long trip », oh yes ! 

[Ici, objection de mon coéquipier : – Non, tu n’en sais rien : des Indiens, on en aura forcément croisé, pas des emplumés bien sûr, mais des assimilés, devenus routiers, artisans, ouvriers ou autres. Du point de vue culturel, ils n’ont plus d’autre droit, d’autre reconnaissance que folklorique. Hollywood les aura pressés comme des citrons et réduits à être des sous-produits plus ou moins exotiques. Alors que, selon les États, les Amérindiens sont encore dans les 10% de la population. – Dont acte, c’est plus clair ! ]

Oui, nous bouffons du bitume ! Le long travelling nous accapare assez, dans la monotonie austère des paysages de l’Arkansas et de l’Oklahoma, États pauvres du Midwest.

Et nous voguons sur la route du mythe pas excellence, la fameuse « 66 », la « mother-road », celle de la Conquête de l’Ouest, 3.600 kilomètres entre Chicago et Santa Monica en Californie. Nous l’avons prise à plusieurs reprises sans le savoir, cette Sixty Six qui n’existe plus, ayant été déclassée en 1985, remplacée par l’autoroute 40 qui nous porte depuis et, en ce moment même entre Amarilla et Albuquerque, Nouveau-Mexique. Mais elle a de beaux restes, la « 66 », enfin des restes présentables, entretenus au nom du tourisme de rapport, autant que par cette nécessité « mythographique » – excusez le gros mot, mais c’est notre sujet de curiosité. [Photos à l’appui, sans doute au retour, de même qu’une carte, qui s’impose].

Or, nous voici au Texas. Où mieux qu’ici, en ce deuxième État de l’empire par la taille après l’Alaska (plus étendu que la France, 26 millions de Texans à majorité républicaine, faut-il le préciser et évoquer le clan des Bush ?), où mieux qu’au Texas, évoquer la notion de grandeur ? Ou plutôt non : de démesure, cette notion qui marque tant l’esprit américain, qui imprègne les comportements, les valeurs centrées autour de l’espace et de ses conquêtes – de la terre à la Terre elle-même, jusqu’au Ciel, celui de l’espace (« À vous Houston ! ») et celui des cieux célestes des hallucinés du Dieu unique, venus à bout de ces arriérés polythéistes à plumes et leurs mythologies « de pacotille », tandis que s’imposent, au besoin par les armes, les valeurs de l’Argent-roi, des richesses ostentatoires, du Paradis gagné à la force de la compétition, de la violence comme donnée culturelle.

Tout cela, nous l’avons en quelque sorte vécu « en live » dans le lieu même de la démesure : The Big Texan, à Amarillo, route 66. Son nom l’indique, c’est le domaine du gros, du beaucoup, du quantitatif d’abord. Il s’agit d’un immense « steak house » doublé d’attractions à la Disneyland, se présentant comme « World famous », selon le cliché dominant [qui agace tant Robert ; sous ce qualificatif « de renommée mondiale », il voit toute cette prétention à dominer la planète]. Donc, c’est un restaurant à viande de bœuf, décor et ambiance « western », « beautiful Texas cowgirls », bien nourries, et autres cowboys de charme servant jusqu’à cinq cents carnivores affamés – et assoiffés.

Du vent dans le pétrole

Étonnants, ces immenses champs d’éoliennes en plein Texas, pays du pétrole triomphant. Des éoliennes pas centaines, plutôt par milliers, à perte de vue. Et de-ci de-là, des appels à recrutement dans ce secteur. Signe des temps ? Anticipation de l’épuisement programmé des puits et investissements massifs dans l’énergie renouvelable ?

La maison comprend sa boucherie, ça va de soi, mais aussi sa brasserie [excellente bière, je dois dire] et encore : un hôtel du même style, des boutiques de « souvenirs », un saloon, une galerie de tir avec selles de cheval…, une salle de poker, un service de limousine (tapageuse bagnole au capot surmonté d’une paire de cornes de vaches) par laquelle nous avons été transportés, précieux clients-rois si possible bardés de dollars. Chaque tablée a aussi droit à une aubade par trois folkleux (gratte et chant nazillard, violon, contrebasse) qu’on croirait sortis de Délivrance (John Boorman, 1970), film des très grandes profondeurs américaines…

Le coup de génie (relatif au bizness) de la famille Lee, propriétaire exploitant depuis 1960 – les Lee de la lignée du général en chef sudiste qui a capitulé à la bataille de Gettysburg [voir notre épisode précédent sur le sujet : tout se tient !] –, donc le coup de génie en question, c’est le coup de pub suivant : offrir un steak de 72 oz – un peu plus de deux kilos ! – à quiconque réussira à le manger (ingurgiter, avaler, gloutonner) en moins d’une heure, avec ses garnitures !

Un tel exploit, bien sûr, vaut mise en scène. Tiens, voilà deux candidats, ovationnés par la salle, montant sur le ring, une estrade dressée devant le barbecue (géant), surmontée de six chronomètres en chiffres de néon rouge (six challengers peuvent concourir à la fois), encouragés avec force par le meneur de cérémonie. On avance la barbaque. Ovations. Qui, de l’homme ou de la « bête » va l’emporter ? On entoure les combattants, photos de toutes parts – oui, de vraies conditions idéales pour un excellent repas entre amis… Et c’est parti !

Nous n’avons pas attendu la fin du match… Auront-ils gagné ou, sinon, été condamnés à payer le prix du repas, soit 72 dollars ?

À propos de condamné, cette extravagance à peine croyable : pour un dollar dans la fente, vous vous offrez, « for a schocklinkly good time », les soubresauts d’un mannequin condamné à mort, électrocuté sur sa chaise électrique ! Est-ce là spectacle concevable ailleurs, en civilisation ?

(À suivre – tou­jours sans images, désolé)

Partager

3
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

…/…la route du mythe par excellence, la fameuse « 66 », la « mother-road »,… Je rêve.
…les soubresauts d’un mannequin condamné… Je ne rêve plus.

Gian

Yes ! Pour le “shocklinkly good time”, on vient d’y avoir droit aussi, ici, à la TV : en prime time, une vidéo de cadavres de noirs noyés sur une plage sicilienne, parmi lesquels pataugent quelques survivants hébétés. Et l’un de ces derniers de dire, une fois rasé de près et rassasié,et en français (il est togolais): “Il faut que ça continue, qu’est-ce qu’on est bien ici !”. Je vais relire “Le champ des saints”, de Jean Raspail, 1973.

Binoit

Easy Rider 2015 pour Gérard et Robert, bien éloignés de nos contingences européennes et et religiosités mortifères. Récemment dans un rafiot surchargé de réfugiés sur le point de sombrer, les occupants ne purent que s’en remettre au ciel, et encore … Les musulmans, pour qui “il n’y a de dieu que Dieu (Allah)” balancèrent à la mer leurs compagnons d’infortune chrétiens qui avaient eu le malheur d’invoquer le leur. “Il n’y a de dieu que Dieu ” , le nôtre bien sûr !
Bonne route les amis.

Translate »