nobel litterature 2015

© Ph. Peter Groth

En attri­buant le Nobel de lit­té­ra­ture à Svet­la­na Alexie­vitch, le jury de Stock­holm honore une magni­fique écri­vaine et s’honore lui-même. Un choix cou­ra­geux qui consacre une femme elle-même vouée à témoi­gner du cou­rage face au ter­rible quo­ti­dien de « héros ordi­naires ». Un choix qui s’inscrit dans un contexte géo-poli­tique et éco­lo­gique des plus troubles, affec­tant toute l’humanité.

Je suis d’autant plus sen­sible à cette recon­nais­sance que je dois à Svet­la­na Alexie­vitch deux livres qui m’ont par­ti­cu­liè­re­ment bou­le­ver­sé : La Sup­pli­ca­tion (1997) et La Guerre n’a pas un visage de femme (1985).

2290300314Le pre­mier, sous-titré Tcher­no­byl, chro­nique du monde après l’apocalypse, témoigne avec force de l’univers ter­ri­fiant d’après la catas­trophe ; les témoi­gnages ras­sem­blés donnent au drame sa dimen­sion plei­ne­ment humaine, dépeinte sans arti­fice aucun par les témoins et acteurs directs. Une « réa­li­té noire », signi­fi­ca­tion lit­té­rale de « Tcher­no­byl », ain­si que le sou­ligne un pho­to­graphe, expli­quant pour­quoi il ne prend pas de pho­tos en couleur…

Plus loin, un liqui­da­teur raconte com­ment se blo­quaient les dosi­mètres éta­lon­nés jusqu’à deux cents rönt­gens, tan­dis que des jour­naux écri­vaient : « Au-des­sus du réac­teur, l’air est pur » ! « On nous don­nait des diplômes d’honneur. J’en ai deux. Avec Marx, Engels, Lénine et des dra­peaux rouges. »

Une femme, épouse d’un liqui­da­teur, raconte l’agonie de son homme : « Un matin, au réveil, il ne pou­vait pas se lever. Et ne pou­vait rien dire… Il ne pou­vait plus par­ler… Il avait de très grands yeux… C’est seule­ment à ce moment-là qu’il a eu peur… […] Il nous res­tait une année. […] L’homme que j’aimais tel­le­ment […] se trans­for­mait devant mes yeux… en un monstre… » Le reste de ce témoi­gnage, oui, c’est une sup­pli­ca­tion ; elle est insup­por­table et pour­tant on se doit de la lire jusqu’au bout.

Pour l’Union sovié­tique, cette catas­trophe a son­né le début de la fin, qui eut lieu trois ans après. Ses causes en sont autant poli­tiques que tech­niques, contrac­tion implo­sive d’un sys­tème dément et d’une incon­sé­quence scientiste.

Ce livre consti­tue aus­si le plai­doyer le plus impla­cable contre l’énergie nucléaire dite « paci­fiste ». Rap­pel : Il y a plus de 400 réac­teurs nucléaires dans le monde – dont 58 en France.

415EtMbteHL._SX317_BO1,204,203,200_

-

Autre grand livre : La guerre n’a pas un visage de femme… mais les femmes ont été de toutes les guerres. En par­ti­cu­lier les femmes russes enrô­lées dans l’Armée rouge et envoyées au front contre les Alle­mands : auxi­liaires de toutes sortes, de toutes cor­vées, blan­chis­seuses de linge gor­gé de sang, infir­mières, bran­car­dières, méde­cins, cui­si­nières, puis com­bat­tantes, tireurs d’élite. Des héroïnes au même titre que les liqui­da­teurs de Tcher­no­byl. Avec leurs témoi­gnages tout aus­si insupportables.

• Svet­la­na Alexan­drov­na Alexie­vitch, écri­vaine et jour­na­liste rus­so­phone, ukrai­nienne par sa mère et bié­lo­russe par son père, est une dis­si­dente irré­duc­tible, tant sous le régime sovié­tique que dans la Rus­sie pou­ti­nienne et la Bié­lo­rus­sie du dic­ta­teur Loukachenko.

On lui doit aus­si Cer­cueils de zinc (1991), sur la guerre sovié­to-afghane, Ensor­ce­lés par la mort, récits (1995), sur les sui­cides de citoyens russes après la chute du com­mu­nisme et Der­niers Témoins (2005), témoi­gnages de femmes et d’hommes qui étaient enfants pen­dant la Seconde Guerre mon­diale. Enfin, en 2013, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désen­chan­te­ment, recueille des cen­taines de témoi­gnages dans l’ex-URSS (prix Médi­cis essai et « meilleur livre de l’année » par le maga­zine Lire.)

Le prix Nobel de lit­té­ra­ture la consacre pour « son œuvre poly­pho­nique, mémo­rial de la souf­france et du cou­rage à notre époque ».

 

Lire aus­si : Tcher­no­byl – Fuku­shi­ma. 25 ans après, « la leçon de Tcher­no­byl n’a pas été apprise »

Tcher­no­byl. La ter­reur par le Mensonge

Share Button