Là, tout n’est qu’ordre et beauté…”

Numéri­sa­tion de l’éducation : promess­es, illu­sions et enjeux. C’est sous ce titre que l’association Tech­nol­o­gos, d’inspiration elluli­enne 1, con­sacre ses cinquièmes Assis­es nationales à la numéri­sa­tion de l’éducation.

Rap­pel : Mai 2015, le Prési­dent de la République déploie, à marche for­cée, le « Plan numérique pour l’éducation ». Des mil­liers d’écoles et des cen­taines de mil­liers de col­légiens vont être dotés de tablettes numériques, cofi­nancées par l’État et par les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, pour le plus grand prof­it de Microsoft. Il ne s’agit pas moins d’un for­mi­da­ble ter­rain d’expérimentation de la numéri­sa­tion du monde. Le numérique est pro­mu par nos dirigeants comme solu­tion aux maux de l’Ecole, alors que la maîtrise insuff­isante des savoir-faire fon­da­men­taux appa­raît comme la cause prin­ci­pale de la dégra­da­tion de l’insertion pro­fes­sion­nelle.

Béat­i­tude par l’écran. Doc­u­ment Microsoft…

Peu impor­tent les alarmes des sci­ences cog­ni­tives sur les effets néfastes des écrans dans l’apprentissage, l’épuisement des psy­chismes sous l’effet de l’excitation per­ma­nente, l’appauvrissement des savoir-faire, l’affaissement des liens péd­a­gogiques, l’infantilisation des maîtres et des élèves, l’entrée en force de firmes privées dans l’enseignement pub­lic, ou la réduc­tion des effec­tifs d’enseignants par le numérique à l’heure de l’austérité budgé­taire…

En croisant le regard d’experts et de prati­ciens, d’observateurs du numérique et d’enseignants, ces deux jours seront l’occasion de débat­tre des enjeux du numérique à l’école et dans l’éducation non sco­laire – de ses promess­es et de ses réal­i­sa­tions, mais aus­si de ses dégâts et des moyens d’y résis­ter.

15 et 16 sep­tem­bre à l’EHESS, 105 boule­vard Ras­pail — Paris VIe.   Entrée libre. Pro­gramme com­plet : http://technologos.fr/index.php?fic=text/assises_nationales_2017.txt

Share Button

Notes:

  1. Taper Ellul dans la case de recherche ci-dessus pour en savoir plus. Wikipé­dia est bien aus­si…