Washington. Une partie de campaign

Les garçons jouent à la pelle. L’avenir de la terre entre deux manches. Les filles admirent. [copie d’écran]
[dropcap]Washington[/dropcap]- Maison Blanche. La simplicité même. Sobriété du décor et des costumes. Discrétion lointaine mais attentive du public. Et, pour la pose historique,  cette manière virile d’empoigner les manches, on sent le métier ! Touchantes aussi, les deux perruches, un rien en retrait. À quelles singeries ne faut-il s’astreindre pour tenir ce rôle de Président qu’ils ont tant désiré !

Des détails en voici, tels que colportés par le Huffington Post :

« Peu après son arrivée, Emmanuel Macron a ensuite offert un chêne à son homologue, un présent symbolique pour le président de la République. Ce jeune arbre est issu du bois Belleau, dans l’Aisne. Ensemble, et en compagnie de leurs épouses, les deux chefs d’État, ont planté l’arbre dans le jardin sud de la Maison Blanche, œuvrant à l’aide de pelles pour enfouir la plante symbole de l’amitié franco-américaine. Et pour cause: L’arbre vient d’une forêt où périrent plus de 2.000 Marines américains pendant la Première Guerre Mondiale, lors d’une bataille sanglante contre l’armée allemande. »
Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

10 réflexions sur “Washington. Une partie de campaign

  • 24 avril 2018 à 16 h 44 min
    Permalien

    Tandis que les deux guignols se roulent des pelles, les nanas se cramponnent à la pelouse en hauts talons. Purée, la prochaine fois ce sera en baskets…

    Répondre
  • 24 avril 2018 à 16 h 49 min
    Permalien

    Non, non, Gérard, leur prise de manche est tout sauf virile et ça ne sent pas le métier ! (Mais peut-être as-tu voulu faire de l’ironie ?!) Ces deux gugusses n’ont jamais tenu un seul outil de leur vie ni jamais rien fait avec leurs mains, cela se voit tout de suite, comme si souvent dans les films les acteurs qui singent les vrais travailleurs manuels ! Pauvre chêne !

    Répondre
      • 24 avril 2018 à 17 h 05 min
        Permalien

        Je m’éclate (de fous rires) en relisant ta phrase : “À quelles singeries ne faut-il s’astreindre pour tenir ce rôle de Président qu’ils ont tant désiré !” C’est tout à fait cela. Cela montre au fond que nos “dominants” modernes ne sont que des genres de larbins de l’opinion publique, de l’image qu’ils croient donner – positive – d’eux-mêmes. Quel manque de noblesse ! Quelle misère…

        Répondre
  • 24 avril 2018 à 17 h 19 min
    Permalien

    Toute un art chorégraphique arbustif à la Maison Blanche, sur une musique de Joe Cocker “Un chên’ my art” !

    Répondre
  • 24 avril 2018 à 17 h 27 min
    Permalien

    Ce qui m’étonne, C’est que l’arrosoir de Brigitte ressemble à un sac à main…
    Et Melania pousse une incantation druide pour assurer la pérennité de l’arbre et des relations entre les deux pays.
    Quel bonheur à venir tout cela nous réserve!

    Répondre
  • 24 avril 2018 à 18 h 23 min
    Permalien

    Nous avions déjà l’Angélus de Millet . Comment intituler celui-ci ? Le chêne,les rigolos et les pintades?
    Macron ferait – Il du Trump?

    Répondre
  • 24 avril 2018 à 20 h 02 min
    Permalien

    Je ne comprend pas, c’est quoi le problème ? Qu’est ce que ça peut foutre qu’ils plantent un arbre ?
    Maxime C

    Répondre
    • 24 avril 2018 à 23 h 33 min
      Permalien

      C’est l’arbre qui cache la forêt : tout l’arrière plan politique, et même géopolitique. La scène en question est un show de com’. Du spectacle, quoi…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »