XII – Chronique de la peste couronnée. Voici l’ère du « coronacène » 

XII#1 – 11/05/20 – De Gian Laurens – Annales de confinementologie 

On avait récemment estimé, avec la prise en compte des risques environnementaux planétaires, qu’on entrait dans une nouvelle période géologique, l’anthropocène. L’homme, par ses activités thermo-industrielles, modifiait sévèrement le climat et par là même devenait le facteur essentiel du développement de la vie – et de la mort – sur Terre. Il fallait en quelque sorte, avec ce néologisme, lui reconnaître le rôle de « conducteur des travaux ». Des esprits critiques, des collapsologues, ou simplement des pessimistes écrivaient entropocène, en référence à l’entropie, état de désordre d’un système.

L’irruption de la pandémie covidique rebat aussi les cartes lexicales. Pour une raison cependant non encore complètement prouvée, et pour cause, puisqu’il faudra un certain recul pour cela, alors que l’on en est encore qu’aux premiers vagissements. Le conducteur n’est plus depuis quelques mois l’homme mais une microparticule infravivante, le coronavirus. Et qu’il puisse donner son nom en remplacement de la bien éphémère appellation « anthropocène » se justifie par la probabilité que son règne puisse durer plus longtemps – nous serions entrés dans l’ère du « coronacène »…

Fort des réserves qui s’imposent en matière de prévision, on peut voir se dessiner un nouveau panorama avec le surgissement de la pandémie. Très tôt, et de manière insistante au fur et à mesure que se concrétise le déconfinement, se fait préoccupant le thème de l’après, avec son alternative en forme de suspense : pire, ou mieux ? Il a été rapporté que sont bien plus nombreux ceux qui optent pour le pire, au grand désespoir des minoritaires qui voudraient tant une prise de conscience collective idéalisée. Mais à réfléchir à la façon dont les choses se mettent en place, ce ne sera ni pire ni mieux, car on ne sera pas vraiment dans l’après, mais dans la perpétuation du « pendant ». Avec moins de confinement physique, certes, mais un auto-enfermement mental volontaire comme la servitude du même métal, massivement vérifiée par la pandémie.

Un indice en faveur de cette thèse : depuis quelques temps, les médias parlent de « crise ». Cela devrait rappeler que la Crise, nous la connaissions depuis 40 ans, bien avant qu’émerge ce virus. Elle était devenue une banalité sémantique quoique paradoxale puisque par définition elle ne devrait être que brève et passagère. Voilà donc un fameux « il-faut-que-tout-change-pour-que-rien-ne-change ». Indépendamment de ce tour de passe-passe, on peut aisément concevoir que les bouleversements du « pendant » pérennisé à venir soient critiques. Au plan économique, bien sûr, mais aussi au plan socioculturel. Parions qu’après la courte liesse de la Libération, beaucoup opteront pour une soumission accrue du fait de la captation mentale qu’ils auront subi en tant que confinés et du fait de leur précarisation.

L’épidémie du sida (un autre virus aux origines semblablement aporétiques 1, s’était faite « culturellement » avec le retour de l’Ordre Moral. « Sortez couverts » disait-on alors et déjà un premier geste-barrière en forme de préservatif mettait l’autre à distance avec, au fond de soi, le doute qu’aimer puisse être mortel. Avec le masque et la distanciation sociale obligatoires, c’est une couche supplémentaire qui s’ajoute à la précédente pour mieux atomiser les individus et les rendre encore plus peureux et méfiants d’autrui. « Sortez masqués » ne remplace pas « sortez couverts », il le prolonge.

Bon, vous étiez prévenus, cet exercice de prospective relève de la loi du genre, précédemment énoncée : le pire n’est jamais sûr.

GL – 06/05/20

0 0 vote
Appréciation

Notes:

  1. Douteuses, équivoques.
Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Translate »
0
Votre commentairex
()
x