calanques-alteo-boues-rouges

Avant de se jeter dans la mer, la con­duite a par­cou­ru 50 km depuis l’usine Alteo de Gar­danne.

Les opposants au rejet de boues rouges par l’usine Alteo de Gar­danne dans le parc nation­al des Calan­ques se rassem­blent ce week­end à Cas­sis. Une his­toire vieille de plus d’un demi-siè­cle ! Dès 1964, Alain Bom­bard dénonçait ce scan­dale lors d’un rassem­ble­ment d’opposants à Cas­sis. Deux ans après, il enfonçait le “clou” dans ce doc­u­ment de l’Ina où il s’en pre­nait aus­si au mépris du principe de pré­cau­tion. Cinquante deux ans après, moyen­nant quelques acco­mode­ments “cos­mé­tiques”, l’industriel Alteo con­tin­ue à pol­luer grave­ment la Méditer­ranée. Avec la béné­dic­tion du gou­verne­ment et la résig­na­tion de la min­istre de l’Environnement.

 

1964-boues-rouges-alain-bombard

1964. Alain Bom­bard à Cas­sis. [Ph. Le Gabi­an déchaîné]

calanques-alteo-boues-rouges

26 sep­tem­bre, 500 opposants devant la pré­fec­ture à Mar­seille [Ph. Felizat]

• Une pétition a déjà recueilli près de 350 000 signatures. On peut la signer ici.