calanques-alteo-boues-rouges

Avant de se jeter dans la mer, la condui­te a par­cou­ru 50 km depuis l’usine Alteo de Gar­dan­ne.

Les oppo­sants au rejet de boues rou­ges par l’usine Alteo de Gar­dan­ne dans le parc natio­nal des Calan­ques se ras­sem­blent ce wee­kend à Cas­sis. Une his­toi­re vieille de plus d’un demi-siè­cle ! Dès 1964, Alain Bom­bard dénon­çait ce scan­da­le lors d’un ras­sem­ble­ment d’opposants à Cas­sis. Deux ans après, il enfon­çait le « clou » dans ce docu­ment de l’Ina où il s’en pre­nait aus­si au mépris du prin­ci­pe de pré­cau­tion. Cin­quan­te deux ans après, moyen­nant quel­ques acco­mo­de­ments « cos­mé­ti­ques », l’industriel Alteo conti­nue à pol­luer gra­ve­ment la Médi­ter­ra­née. Avec la béné­dic­tion du gou­ver­ne­ment et la rési­gna­tion de la minis­tre de l’Environnement.

 

1964-boues-rouges-alain-bombard

1964. Alain Bom­bard à Cas­sis. [Ph. Le Gabian déchaî­né]

calanques-alteo-boues-rouges

26 sep­tem­bre, 500 oppo­sants devant la pré­fec­tu­re à Mar­seille [Ph. Feli­zat]

• Une pétition a déjà recueilli près de 350 000 signatures. On peut la signer ici.