Roland de Miller. Sur le sentiment de la nature

L’urgence est au vert et les politiciens s’appliquent à repeindre leurs discours à la peinture écolo. Les écolos eux-mêmes, version politicienne, se grisent en se rêvant aux marches du Pouvoir via « la transition écologique », euphémisme de la dernière entourloupe pour prolonger la croissance suicidaire. Auteur de Nature, mon amour, et de Robert Hainard, peintre et philosophe de la nature, une biographie du grand naturaliste suisse, Roland de Miller fut l’un des premiers à remettre l’écologie au coeur de la condition humaine. Son article sur le sentiment de la nature, de plus de trente ans, en témoigne.

Partager
Lire la suite

Jean Giono. « La machine tue les hommes, la joie, l’équilibre et la civilisation »

Ces temps d’incertitude généralisée nous renvoient vers des penseurs et écrivains des profondeurs humaines. C’est bien le cas de Jean Giono, auteur universel. En 1937, dans Les Vraies richesses. Il oppose la vie paysanne à la société industrielle capitaliste, la ville et le machinisme. Sa résonance demeure ô combien actuelle.

Partager
Lire la suite

Aurélien Barrau : La conquête spatiale comme faillite symbolique

Quand le racisme est pointé du doigt, l’imbécile regarde vers la lune. Son pays est à feu et à sang, tandis qu’il parade en célébrant la course à l’espace et la gloire d’un milliardaire mégalo. Dans son article intitulé « La conquête spatiale comme faillite symbolique », l’astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau vient heurter l’actuelle situation états-unienne : la célébration affligeante d’un lancement de fusée sur fond de guerre civile, annonciatrice, selon lui d’ un « cauchemar à venir ». « La planète qu’il faudrait apprendre à explorer – sans la conquérir – c’est la nôtre. Le temps presse et la révolution à opérer, conclut-il, est autrement plus radicale que la découverte d’une nouvelle technologie ou d’un moteur surpuissant : il s’agit de réapprendre à aimer. »

Partager
Lire la suite

X – Chronique de la peste couronnée – Au bord de l'abîme, faisons un pas en avant…

« On » ne peut faire l’économie de l’économie. « On » ne le peut plus, l’économie étant devenue depuis des lustres capitalistes le système bouclé, la nasse dont, en effet, « on » ne peut désormais s’échapper. Sortir de la crise Corona, c’est rentrer au plus vite dans la relance du Marché, du Tout marchandise, de ces dogmes dont un virus « innocent » a pourtant, et violemment, montré qu’ils étaient la cause réelle et profonde, originelle. Sortir de la crise renvoie au fait d’y être entré. Sortir de la crise, jusqu’à preuve du contraire, c’est s’appliquer à « refaire du même » et plutôt du mieux – dans le pire.

Partager
Lire la suite

Alarme Croissance. Il y a 45 ans déjà…

La Terre n’en peut plus mais globalement – c’est le cas de le dire – ses résidents s’en foutent. Records encore battus cet été : bouchons monstrueux sur les routes de transhumance urbaine (850 km cumulés), production maximale d’électricité par EDF. Et ses politiciens adorent toujours le Veau d’or de la Croissance. Encore ne parle-t-on de notre petit pays. On continue d’« alerter », comme il y a 45 ans lorsque quelques plus clairvoyants s’alarmaient déjà. Ainsi en 1974, dans cette émission radio de l’ORTF,  redécouverte par Hélène Combis.

Partager
Lire la suite

Climat. Encore un peu de « durable », Monsieur le Bourreau !

Les plus attentifs, voire fidèles lecteurs, de « C’est pour dire   s’en seront aperçu. Le panneau ci-contre le confirme : les travaux d’été battent leur plein à tous les étages de l’édifice blogueur, y compris au P’tit coin– ce qui peut se comprendre… La température caniculaire n’annonce rien de bon quant à une éventuelle éclaircie… Alors ?

Partager
Lire la suite

Européennes. Décroître ou périr

Les abstentionnistes vont constituer la premier « parti » européen. De cette Europe en panne d’élan, étouffée dans son jus néo-libéral, affairée – c’est bien le mot – à reproduire du même, et surtout du plus. Plus de croissance pour plus de camelote, de dérèglements, d’injustice, de fric, de maladies, de mal de vivre et de souffrances. Je n’aurais pas voté sans cette liste aussi discrète, hélas, que ses propositions sont essentielles, centrée sur un seul mot : Décroissance.

Partager
Lire la suite

Biodiversité. Les hirondelles de Michel Simon (1965)

Le Sommet de la biodiversité prend fin à Paris ce 5 mai 2019. Que penser des litanies alarmistes des experts en tout genre ? Qu’elles sont hélas bien tardives pour ce qui est des dérèglements climatiques et de la biodiversité. Le Club de Rome avait sonné l’alarme dès 1967 – en vain–, tandis que de son côté, deux ans avant, l’acteur Michel Simon avait alerté à sa manière sur la fin annoncée du règne animal et de l’homme.

Partager
Lire la suite

Tchernobyl + 33.  Minimiser la catastrophe pour dissimuler les 2 000 bombes atomiques de la guerre froide

Dans un livre publié aux États-Unis, l’historienne Kate Brown, montre comment la catastrophe de Tchernobyl (il y a tout juste 33 ans) a été manipulée pour masquer une autre réalité, pire encore, celle des quelque 2 000 bombes explosées dans l’atmosphère pendant la guerre froide, qui ont émis 500 fois plus de radioactivité que Tchernobyl. Une des explications à l’élévation des taux de cancers dans le monde.

Partager
Lire la suite

Biodiversité. Les girafes, certes ! Mais les insectes ?

Vouloir sauver les animaux, quelle belle intention ! Un clic, et hop ! voilà la mauvaise conscience soulagée pour pas cher. Ainsi, les pétitions en rafales qui déferlent sur la toile en viennent-elles à créer de l’indignation facile et sans lendemain. Ou même contre-productive, allant carrément à l’encontre de l’intention première. Cas typique, cette campagne de signatures lancée par Avaaz.org à partir de la photo d’une certaine Tess, laissant éclater sa joie triomphale aux côtés de la magnifique girafe noire qu’elle vient d’abattre au fusil. [Temps de lecture ± 5 mn]

Partager
Lire la suite

Crise climatique, désarroi des sociétés. L'appel à la nature d'Élisée Reclus

Écologiste avant la lettre et la chose, géographe, naturaliste et penseur de l’anarchisme libertaire, Élisée Reclus (1830-1905 connut une notoriété internationale égale à celles de Hugo et Pasteur ! Sa vision du monde et de la nature venait heurter le boum industriel et l’idée de « progrès » en les questionnant sur leurs conséquences – celles-là mêmes qui, un siècle et demi plus tard, posent les pires menaces sur l’avenir de l’humanité. [Temps de lecture ± 6 mn]

Partager
Lire la suite

Quand le Nobel d’économie consacre le mariage contre-nature de la croissance et de l’écologie

Cette fois encore, le Nobel d’économie consacre le mariage de la carpe et du lapin, cette union contre-nature de la croissance débridée – horizon indépassable du libéralisme – et d’une prétendue « écologie durable ». Les deux lauréats états-uniens poussent leur chansonnette à la gloire du toujours plus et en appellent à la technologie pour sauver la mise du capitalisme. [Temps de lecture ± 3 mn 30]

Partager
Lire la suite

Chasse. C’est dangereux, d’avoir un fusil. On croit que ça ne tue pas

Sans changer de tenue militarisée, le chasseur d’aujourd’hui lorgne sur les habits neufs du « régulateur de la nature ». Pourtant, il a horreur des « écolos » qu’il verrait volontiers en gibier. D’ailleurs, il a dégommé le premier d’entre eux, un ministre. « En même temps », ce président lui offre un permis à moitié prix. Un permis de tuer en forme de carte d’électeur. Un siècle avant, Jules Renard en avait fait l’expérience : « C’est dangereux, d’avoir un fusil. On croit que ça ne tue pas. » [Temps de lecture : ± 9 mn]

Partager
Lire la suite

Chronique d’un été (suite, hélas !) Catastrophe écologique sur l’étang de Berre

L’étang de Berre semblait avoir retrouvé un équilibre écologique. Ce n’était qu’un semblant, un sursis. Plusieurs formes de pollution, cet été, sont venus ruiner ce fragile biotope. Fauteur de dérèglements généralisés, l’homme, une fois de plus, attente à la nature. Jusqu’à s’en exclure. [Temps de lecture ± 2 mn 30]

Partager
Lire la suite

Chronique d’un été (le mien). 6) À la fin, nous voilà bien avancés

Sixième et dernière chronique de l’été – car le septième jour… « il goûta un repos bien mérité », comme il est dit à peu près dans la Bible. Où il est question d’un voyage au bout de l’espace (jardin) ; d’un autre voyage, en photos et dans le temps, celui de Marseille il y a un siècle. Et de Van Gogh, achevé par les vautours.[Temps de lecture : ± 4 mn 30]

Partager
Lire la suite

Chronique d’un été (le mien). 4) De l’origine possible du pouvoir et de sa névrose

Chronique :  quatrième épisode d’une petite série inspirée par « mon » été. Des mots pour freiner les ardeurs de Chronos, dieu du Temps et de la Destinée. Des mots et des images pour tenter de ralentir la cadence des jours. Aujourd’hui : observations et réflexions sur le pouvoir, la modernité, etc. [Temps de lecture : ± 3 mn.]

Partager
Lire la suite

Chronique d’un été (le mien). 3) Entre « punition du ciel » et bonne vision de la vie…

Chronique : troisième épisode d’une petite série inspirée par « mon » été. Des mots pour freiner les ardeurs de Chronos, dieu du Temps et de la Destinée. Des mots et des images pour tenter de ralentir la cadence des jours. Aujourd’hui : où trouver le juste milieu, du climat et de la vie… [Temps de lecture : ± 4 mn.]

Partager
Lire la suite

Chronique d’un été (le mien). 2) Histoires d’amour, de vagues, de mer, d’Homère

Chronique :  deuxième épisode d’une petite série inspirée par « mon » été. Des mots pour freiner les ardeurs de Chronos, dieu du Temps et de la Destinée. Des mots et des images pour tenter de ralentir la cadence des jours. Aujourd’hui : amour, mer, Homère…

Partager
Lire la suite

Climat. Plus on tente de refroidir, plus on réchauffe…

L’alerte climatique ne date pas d’hier. Déjà en 1977, elle était (un peu) dans l’air, mais on refusait d’y croire. Car la question du réchauffement de l’atmosphère, des océans et de la  Terre elle-même restait dans l’ordre de l’improbable, voire de l’impensable. Les négationnistes climatiques n’avaient même pas eu à faire irruption. Tout baignait dans la foulée des Trente glorieuses. Le choc pétrolier serait vite absorbé et tout repartirait dans l’insouciance aveugle. Quarante ans plus tard, les discours ont changé. Mais pas vraiment les pratiques. On en est à refroidir… en réchauffant !

Partager
Lire la suite

Nucléaire. Fukushima-Flamanville : Ça baigne

Sept ans après la catastrophe nucléaire, c’est le retour à la baignade sur les plages proches de Fukushima. Les autorités assurent que le niveau de radioactivité est « acceptable ». À Flamanville, l’EPR prend une nouvelle année de retard pour cause de mauvaises soudures. Ce qui repousse d’autant l’arrêt de la vieille centrale de Fessenheim. Le vrai patron du nucléaire, c’est le Sapeur Camember. [Cliquer sur le dessin de Christophe pour l’agrandir.]

Partager
Lire la suite

Déforestation. Les arbres qu’on abat, la vie assassinée

marseille-luminyDe Marseille à Bornéo, à des échelles certes différentes, la déforestation produit son œuvre dévastatrice. Avec les arbres qu’on abat pour des raisons marchandes, en détruisant les fragiles équilibres écologiques, c’est la vie qu’on assassine. Par son insouciance quasi générale, l’Homme scie la branche qui le retient encore de l’abîme.

Partager
Lire la suite

Marseille-Luminy. Massacre à la tronçonneuse

298 pins, 11 000 m2 de bois et de garrigue ont été attaqués à la tronçonneuse dès mardi dans la cuvette de Luminy à Marseille. Faisant fi des 150 000 signatures d’opposants à ce massacre annoncé, des bandits anti-écologiques sont passés à l’acte. Un rassemblement aura lieu ce vendredi 25 mai à 17 heures devant la Chambre de commerce de Marseille Provence, sur la Canebière, pour protester contre ce nouvel outrage à la nature.

Partager
Lire la suite

Marseille. 298 arbres sur l’autel du bizness

calanques-marseillePrès de 300 arbres et plus de 11 000 m2 de bois et de garrigue dans la cuvette de Luminy à Marseille, sont menacés par l’extension d’une école de bizness. Inclus dans le Parc National des Calanques, ce domaine boisé constitue un biotope fragile, déjà mis en péril par un gigantesque incendie en septembre 2016. Une pétition pour l’annulation du permis de construire a recueilli près de 150 000 signatures.

Partager
Lire la suite

Galapagos. « À vendre : Beau terrain, espèces garanties d’origine »

galapagos-touristes

Espèce redoutable, l’homo touristus menace la biodiversité des îles Galapagos, celle-là même qui permit à Darwin, dès 1850, d’établir les bases de L’Origine des espèces. Plus de 500 hectares y sont mis en vente, peut-être pour y construire un hôtel. En achetant ce terrain, des opposants pourraient neutraliser cette menace.

Partager
Lire la suite

Greenpeace. La charge (nucléaire) d’EDF contre les lanceurs d’alerte

Huit membres de Greenpeace lourdement condamnés pour s’être introduits dans la centrale de Cattenom (Moselle) et avoir déclenché un feu d’artifice au pied de la piscine d’entreposage de combustible usé. EDF réclame à l’association et aux activistes plus de 700 000 euros en réparation dont 500 000 euros pour « atteinte à sa crédibilité ». Ces exigences exorbitantes montrent bien à quel point les lanceurs d’alerte visent juste par leurs actions.

Partager
Lire la suite
Translate »