HSBC (Hong Kong & Shang­hai Bank­ing Cor­po­ra­tion) est un groupe ban­caire inter­na­tion­al bri­tan­nique présent dans 84 pays et ter­ri­toires et rassem­blant 60 mil­lions de clients. Son siège social est à Lon­dres.

Elle a été fondée à Hong Kong par l’Écossais Thomas Suther­land pour financer le com­merce dans l’Extrême-Orient en 1865 et, à l’origine, le traf­ic d’opi­um. Avant de démé­nag­er son siège social à Lon­dres au début des années 1990, elle était basée à Hong Kong. Elle fut un temps le qua­trième groupe ban­caire dans le monde après Cit­i­group, Bank of Amer­i­ca et la Banque indus­trielle et com­mer­ciale de Chine.

Mon­tr­er la face cachée du secret ban­caire en Suisse, un défi a pri­ori autrement plus coton que d’aller voir der­rière la lune ! Le Monde et plusieurs médias inter­na­tionaux vien­nent pour­tant de dévoil­er cet univers de la fraude et de la richesse plan­quée après avoir eu accès aux don­nées col­lec­tées par un infor­mati­cien, Hervé Fal­ciani, ex-employé de la banque bri­tan­nique HSBC à Genève.

Ces révéla­tions ébran­lent les milieux ban­caires inter­na­tionaux et met­tent en cause de nom­breuses célébrités des affaires et du show­biz, de l’humoriste français Gad Elmaleh (celui de la pub télé où il imag­ine « la banque idéale »…) au roi du Maroc Mohamed VI et au roi Abdal­lah II de Jor­danie, en pas­sant par l’acteur améri­cain John Malkovich, le coif­feur Dessange, le foot­balleur Christophe Dugar­ry, le pein­tre Chris­t­ian Boltan­s­ki, Arlette Ric­ci, héri­tière de Nina Ric­ci, Aymeri de Mon­tesquiou, séna­teur (UDI) du Gers, Jean-Charles Marchi­ani, con­damné dans l’Angolagate, etc.

Bap­tisée « SwissLeaks », l’opération pro­pose un voy­age au cœur de l’évasion fis­cale, met­tant en lumière les rus­es util­isées pour dis­simuler de l’argent non déclaré. Petite vidéo éduca­tive :


Com­pren­dre la fraude fis­cale de HSBC en 3 min par lemon­de­fr

Pen­dant de nom­breuses années, les infor­ma­tions copiées par Hervé Fal­ciani n’étaient con­nues que de la jus­tice et de quelques admin­is­tra­tions fis­cales, même si cer­tains élé­ments avaient fil­tré dans la presse.

Le Monde a eu accès aux don­nées ban­caires de plus de 100 000 clients et a mis les infor­ma­tions à la dis­po­si­tion du Con­sor­tium des jour­nal­istes d’investigation (ICIJ) à Wash­ing­ton, qui les a partagées avec plus de 50 autres médias inter­na­tionaux, dont le Guardian, au Roy­aume-Uni, ou la Süd­deutsche Zeitung, en Alle­magne.

Les don­nées, analysées par quelque 154 jour­nal­istes, por­tent sur la péri­ode allant de 2005 et 2007. 180,6 mil­liards d’euros auraient ain­si tran­sité, à Genève, par les comptes HSBC de plus de 100 000 clients et de 20 000 sociétés off­shore, très pré­cisé­ment entre le 9 novem­bre 2006 et le 31 mars 2007. Plus de 5,7 mil­liards d’euros auraient été dis­simulés par HSBC Pri­vate Bank dans des par­adis fis­caux pour le compte de ses seuls clients français, env­i­ron 3 000…