Le fabuleux aller-retour de Louise. Voyage pour le Nouvel an

Bonne année ! Les rituels nous sont nécessaires, même si trop souvent ils créent des antagonismes et dispersent la communauté des humains. Le rite de l’An nouveau, comme avant lui celui de Noël, célèbre la renaissance de ce qui s’était assoupi ; il est assez universel pour rassembler l’humanité.

J’ai recopié ces vers de Tristan Corbières sur la plaque de marbre apposée sur sa maison natale à Morlaix. C’est mon cadeau :

Dors : on t’appellera beau décrocheur d’étoiles !  / Chevaucheur de rayons !… quand il fera bien noir ; / Et l’ange du plafond, maigre araignée, au soir,  / – Espoir – sur ton front vide ira filer ses toiles.

En plus, puisque c’est aussi le temps des étrennes, profitez d’un voyage sublime de trois minutes entre deux infinis.

Partager
Lire la suite
Translate »