BLOG. C’est quoi, ce bordel ?

C_quoi1Des copains m’ont écrit, oui, par émiles – j’aime bien dire émile, c’est franchouillard, j’assume. Donc j’ai reçu des émiles d’un peu partout et même de quelques perdu(e)s de vue. Le marrant, entre autres, c’est le rapport à la technique. Je mets à part les non raccordés qui ne voudront jamais savoir (Bouge pas, Maurice !).

Y a donc des résistants, des minimalistes, des admiratifs béats, des pratiquants fanatiques, des toujours effarouchés de la souris et même des qu’on dirait tombés dedans et qui disent, pas vrai Philippe ? : «Je n’avais jamais entendu parler des blogs, avant la naissance de “c’est pour dire”. Je ne sais toujours pas bien ce que c’est, mais chaque fois que j’y vais il y a de nouveaux articles, c’est comme une source quoi, un intari-blog.» J’aime bien l’image de la source, c’est bien vu ; ça doit donc jaillir, couler frais, ruisseler. Sauf que par ces temps de raz de marée…

Il y a aussi Anne-Marie qui dit : «…J’ai ainsi découvert ce qu’était un blog ; c’est intéressant, j’ai bien aimé; c’est bien fait et très pertinent; mais du coup, je me suis rendue compte que je ne savais pas en fait où tu travaillais ; est-ce au “Monde”?» Je reconnais que c’est flatteur (pour Le Monde).

Il y a bien sûr Joël qui, voulant ajouter un commentaire, me téléphone pour savoir quelle case remplir dans le formulaire… Ou Bernard : «Quand je fais “envoyer”, il se passe rien…». Ce serait fastidieux de relayer les hyper dans le coup, HTM, PHP ou pas, etc. – Odile, Yanic… à qui j’opposerai Jacques: «Je n’ai pas bien saisi ton affaire de papiers que tu fais paraître sur Internet. Au milieu de tout un tas d’autres, et caetera. C’est quoi, ce bordel ? Est-ce régulier? Quel rapport avec le Monde?».

Enfin il y a ma fille, Marine – je vais lui filer la honte –, me lançant l’autre soir soir : «Tu serais pas un peu obsédé du blog ?» Je m’ demande…

Share Button

  Subscribe  
M'avertir en cas de

Translate »