Nantes, Rennes et Strasbourg sous le tsunami de “Metro” et “20 Minutes”

MetroTel un tsunami silencieux, la vague des quotidiens pré-payés par la publicité continue de déferler. Elle touche désormais la Bretagne, dernière enclave gauloise de résistance. “Metro” atteint aujourd’hui [01/02/05] Nantes, Rennes et Strasbourg. De plus, avec l’arrivée très prochaine à Nantes de “20 Minutes”, on peut dire que le loup est désormais dans la bergerie : Ouest-France est en effet indirectement actionnaire de “20 Minutes”, via sa filiale de presse gratuite Spir.

«Nous ne sommes pas inquiets des conséquences que cette presse peut avoir sur la diffusion de Ouest-France dans la mesure où nous pensons que les lecteurs de 20 Minutes et Metro ne sont pas des lecteurs de presse payante. En revanche, ces journaux peuvent susciter un appétit de lecture qui pourra à terme être bénéfique à nos journaux Il faut que la presse payante s’interroge surtout sur le style de cette forme de presse qui séduit tellement les jeunes lecteurs»», indique au Figaro [31/01/05] Francis Teitgen, directeur général délégué de Ouest-France.

Un avis que ne saurait partager Serge July, selon qui Libération, aurait perdu 3.000 acheteurs par jour à cause de 20 Minutes.

Une même vague atteint Washington

Le milliardaire américain Philip Anschutz va lancer demain [2/02/05] à Washington un nouveau quotidien gratuit, le Washington Examiner, dans l’idée de profiter de la désaffection des journaux traditionnels.

Le journal vise les ménages aisés de Washington et de sa banlieue, et il sera disponible dans les quartiers d’affaires du centre-ville. Il comptera 50 journalistes environ, avec à leur tête des anciens du New York Times ou de USA Today. Visant une diffusion de 260 000 exemplaires par jour, il pourrait marcher sur les plates-bandes du Washington Post, le grand journal de référence de la capitale avec ses 700.000 exemplaires.

Anschutz a déposé le nom «Examiner» pour des titres de quotidiens dans une soixantaine de villes, comme Saint Louis ou Kansas City. Il a aussi racheté l’an dernier le San Francisco Examiner, l’un des journaux les plus emblématiques des Etats-Unis ; dans le marasme il avait dû passer au tabloïd, puis devenir gratuit.

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »