BLOG-NOTES → ACTUALITÉ → PRESSE → MÉDIAS

Travailler à l’Usine : de plus en plus dur, estime «Ebitda»

L’Usine nouvelle n’est plus aussi rentable qu’avant. Avant quoi ? Que la maison mère, le groupe de presse professionnelle Gisi, filiale d’Aprovia, procède à une «restructuration». Traduction : 25% des effectifs à dégager, soit environ 90 salariés sur 389.

«Je voudrais que Gisi retrouve des niveaux d’Ebitda (résultat brut d’exploitation) à deux chiffresi», a indiqué son PDG. Le fameux Ebitda se situe aujourd’hui à 3,5%, selon Le Figaro [29/01/05]. Beuh, la honte !

→ J’ai vérifié, Ebidta est un pseudo (pas terrible) derrière lequel se cache un certain «Earning before interest tax depreciation and amortization». En non-langue de bois et en hexagonal, ça se dit “tout bénéf”. Mais parler “pognon” est d’un vulgaire!


Le Qatar pourrait privatiser Al-Jezira

Selon Keren Lentschner [Le Figaro, 01/02/05 ], la chaîne quatarie Al-Jezira, devenue en moins de dix ans la voix de la rue arabe dans le monde, devrait connaître une mutation importante. L’État du Qatar, son actionnaire pour près de 50%, aurait décidé de la céder à des capitaux arabes «d’ici à un an».

Selon le New York Times, des pourparlers seraient en cours depuis plusieurs mois. Le Qatar, principal allié des Américains dans le Golfe, aurait finalement cédé aux pressions des Etats-Unis qui voit cette chaîne comme un service de com’ de Ben Laden.

W lit des livres. Si !

George_w_bush

Dans le jargon de presse, on appelle «attaque» les toutes premières lignes d’un article, décisives pour la lecture. Goûtez-moi celle-ci : «Les sources sont concordantes : George W. Bush lit des livres. Et pas seulement la Bible». Si avec ça vous n’avez pas envie de lire la suite, c’est à rendre son clavier. Donc : c’est titré «Les lectures édifiantes de George W. Bush» et c’est signé Daniel Vernet dans Le Monde du 26/01/05. Dois-je insister? : Oui, l’article est à l’avenant.

Photo : W apprend à lire avec l’aide d’une fillette. C’est un début mais, suivez la flèche rouge, il tient sa BD à l’envers.

Journalistes vendus, W mal renseigné

Début janvier, USA Today a découvert que le ministère étatsunien de l’éducation avait versé 241.000 dollars au chroniqueur Armstrong Williams, en vue de promouvoir le plan «No Child Left Behind» («Pas d’enfants laissés derrière»). Puis, mercredi [26/01/05], le Washington Post a révélé qu’une autre chroniqueuse conservatrice, Maggie Gallagher, avait pour sa part touché 41 500 dollars de l’administration, pour faire la promotion du mariage.

Du coup, W a été obligé de réagir lors de sa dernière conférence de presse [ce même 26 janvier] : «Notre programme [d’éducation] devrait être capable de tenir debout de lui-même, a-t-il déclaré. J’attends de mes ministres qu’ils s’assurent que cette pratique ne se perpétue pas.» Il a juré que la Maison-Blanche n’était pas au courant. Encore un service de renseignement à réformer.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
lex publica

Les libertés publiques ne peuvent être restreintes que pour des motifs d’ordre public au vu de notre droit. Comment explique-t-on le délai de prescription fixé à une chaîne de télévision pour les intérêts purement idéologiques d’un Etat quand bien même le droit à l’information est réputé imprescriptible ? N’est-ce pas une ingérence dans les affaires intérieures Françaises voir européennes ? En effet, NTDTV, la chaîne de télévision indépendante des pouvoirs politiques transmise via l’opérateur satellitaire Eutelsat en Asie est la voie de la Chine libre. Les autorités politiques du pays tiennent à conserver le monopole de l’information. Harcelée économiquement, la… Lire la suite

Translate »