REFERENDUM. Ces médias qui ont déjà dit « oui »

1refer_1
Une trentaine d’organisations associatives, politiques et syndicales, dénoncent l’ostracisme dont le « non » de gauche fait l’objet dans les médias, à propos du référendum sur le projet de constitution.

« Bien que la campagne du référendum ne soit pas encore commencée, les émissions de radio et télévision, comme nombre d’organes de la presse écrite, privilégient fortement les courants de pensée favorables à ce traité », soulignent ces organisations. A l’appui de cette affirmation, une série d’observations à partir du traitement de certains médias.

Les Échos, par exemple, du 17 au 23 février, a publié 23 articles, brèves, entrefilets, chroniques relatifs au référendum. Le “oui” a été mentionné 18 fois (78 %). Le “non” est systématiquement traité à partir du camp du “oui” ; il est présenté comme un risque ; il serait négatif et tournerait le dos à l’Europe ; il est associé à la “grogne sociale”. Quand il est mentionné, il est quasiment toujours représenté par le “non” de droite ou d’extrême droite.

Le Figaro, pendant la même période, n’a mentionné qu’une fois le “non”, représenté par Charles Pasqua.

L’émission “Question directe”, sur France Inter, depuis septembre 2004, a invité 16 fois le Parti socialiste (dont 4 membres favorables au “non”) ; 15 fois l’UMP ; 6 fois l’UDF ; 2 fois le PCF; 1 fois les Verts (dont le représentant était favorable au “oui”) ; 1 fois Philippe de Villiers. Au total : 34 personnalités favorables au “oui” et 6 favorables au “non”.

L’émission “Respublica”, sur France Inter, depuis mai 2004, a invité 9 fois le PS (dont 2 représentants favorables au “non”) ; 11 fois l’UMP ; 3 fois l’UDF ; 2 fois le PCF ; 3 fois les Verts (tous les représentants étaient favorables au “oui”) ; 1 fois le MRC ; 1 fois la LCR. Au total : 24 personnalités favorables au “oui” et 7 favorables au “non”.

Partager

1
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Plantier

RTL ce jour ”on refait le monde”
Que des polémistes favorables au Oui.
Je me demandais pourquoi Pascale Clark avait viré Elisabeth Lévi…
Il n’y a qu’à imaginer comment elle surferait sur ces torrents de logique approximative et de vertu ultra libérale et européiste… Bien joué Pascale!
Harluche Colbert

Translate »