1fleur

«Le jour­na­liste, lui, peut écrire n’importe quoi et se trom­per sur tout, cela ne change rien, ses jour­naux se vendent tou­jours aus­si bien ou aus­si mal. »

Réponse plus tard ici-même, dans les com­men­taires – après les vôtres… 

Share Button