« Pianoman » excite les journaux britanniques sur toutes les gammes

1pianoman_1

La presse britannique, et en particulier ses crapoteux tabloïds, se régalent d’un sujet médiatique à souhait et qui a donc vite fait le tour du village planétaire et de ses médias. C’est l’histoire de cet homme mystérieux qu’on appelle déjà Pianoman, emmuré dans un mutisme total et seulement capable de jouer du piano. La police de Sheerness, sur l’île de Sheppey, dans le Kent (sud-est de la Grande-Bretagne), l’a récupéré le 7 avril, en costume cravate, complètement trempé. L’autre histoire, c’est celle des versions multiples de l’affaire.

 

À zapper sur quelques sites de la presse british, je me suis marré parce que, au bout du parcours, je ne sais vraiment plus si l’homme en question a été trouvé sur la plage, ou sur une avenue ; s’il portait ou non une sacoche – en cuir, ou non ; avec, ou non, des partitions, ou non, de musique – classique, ou non. Il est dit aussi qu’après lui avoir remis un stylo il aurait dessiné un piano à queue (image ci-jointe, pourvu qu’elle soit vraie !).3_pianoAprès quoi, il aurait été conduit devant le piano de la chapelle de l’hôpital psychiatrique où il se trouve et, pour les uns, il aurait joué le Lac des Cygnes de Tchaïkovski pendant des heures et sans arrêt ; pour les autres, il s’agirait de ses compositions originales écrites depuis son hospitalisation ; pour d’autres, il aurait joué quelque bribes de morceaux ressemblant à du John Lennon. Notez que les conditionnels sont de mon crû, les formes originales étant résolument affirmatives.

2pianomanDu fait divers pareil – même de ceux qu’on arrange à la tronçonneuse –, ça ne se trouve pas tous les jours. Le mystère est tel, qu’il ouvre tout grand la boîte à fantasmes. Pour certaines gazettes, surtout si on ne sait pas, au lieu de la fermer, on brode. Ainsi, pour les Mrs Michu locales appelées à l’aide, pourrait-il s’agit d’un émigrant venu de l’Est : il est blond, mais, selon la photo, il paraît plus foncé…

Les limiers britanniques sont sur les dents, l’oreille musicale et olfactive tendue vers les orchestres d’Europe orientale – bonne chance !

Un numéro spécial a aussi été mis en place pour tenter d’identifier Pianoman. Les appels ne cessent d’affluer, écrit le Daily Telegraph tout excité, de même que The Sun, The Mirror et, en fait toute la presse, même plus sérieuse. Le feuilleton du printemps démarre donc plein pots. A tout hasard, j’ai noté le téléphone du service de recherche des disparus: 0500 700700, et le numéro spécial du Sun : 020 8392 4509, où l’on peut aussi envoyer un émile : talkback@the-sun.co.uk.

C’est un beau scénario de film qui s’annonce. Mais Il faudra tenir compte de « Shine », une version sortie en 1996, qui racontait l’histoire de David Helfgott, un pianiste célèbre frappé de dépression nerveuse.

Share Button

Prenez la parole !

1 Commentaire sur "« Pianoman » excite les journaux britanniques sur toutes les gammes"

  Subscribe  
M'avertir en cas de

super histoire je les vu en anglais cette histoire ma passioner

Translate »