Lors d’un zap­page télé, same­di soir 4 juin, je suis tom­bé sur l’interview de Domi­nique Ambiel par Ardis­son. C’était donc, on l’aura devi­né, dans l’émission « Tout le monde en parle ». Or, que n’entends-je?, l’ancien conseiller en com­mu­ni­ca­tion de Raf­fa­rin (le « grand com­mu­ni­ca­teur » que l’on sait), racon­ter ça : que le direc­teur du Monde a un jour appe­lé le pre­mier ministre parce qu’il avait besoin de xx mil­liers d’euros pour « dépan­ner » le journal.

J’étais scié d’entendre ça – comme vous, je sup­pose, même en le lisant ici. Je suis sûr de la teneur du pro­pos d’Ambiel, mais je n’ai pas noté le mon­tant qu’il a avan­cé (500.000 euros ?). Qui aurait enten­du cette inter­view et confir­me­rait ce que j’en rap­porte, avec le mon­tant exact de la somme annon­cée par Ambiel ?

Ne serait-il ques­tion que de cinq euros, direz-vous, que le pro­blème serait le même : rien moins que celui de l’indépendance du quo­ti­dien « de réfé­rence ». Une preuve de conni­vence – de col­lu­sion même. Une affaire d’Etat peut-être – ce ne serait pas la première.

Par ailleurs, ayant conti­nué à regar­der un moment… ce mélange auto­cé­lé­bré de la poli­ti­caille et de ses faire-valoir, tan­dis que le « peuple » en arrière-fond est appe­lé à figu­rer (ah, ça, elles sont mignonnes les minettes potiches!), puis à applau­dir sur ordre… Quelle magni­fique illus­tra­tion du débat actuel sur l’Élite, majus­cule, mépri­sant le Peuple, majus­cule aus­si, bien sûr.

→ Une blo­go­lec­trice, Fau­vette, nous a signa­lé la mise au point du Monde sur cette affaire, parue dans Le Parisien/Aujourd’hui du 10/06. La voi­ci repro­duite (cli­quer des­sus pour l’agrandir). 1mapmonde
Il s’agit donc bien de 500.000 euros (par mois ?) consi­dé­rés comme « accom­pa­gne­ment finan­cier par les pou­voirs publics du plan social concer­nant les impri­me­ries de la presse pari­sienne ». Ques­tions : pour­quoi et à quel titre l’État inter­vient-il dans la ges­tion d’affaires pri­vées ? Pour­quoi, en pas­sant – et en signe d’adieu ? – Raf­fa­rin n’a-t-il fina­le­ment pas signé le décret d’application ?

Share Button