Iter, le soleil, les étoiles, la lune… et “La Provence”


Donc, ce sera Cadarache. Le suspens n’aura été que de mise. Il aura surtout servi le Japon à faire monter les enchères. N’est-il pas le grand gagnant de l’opération ? Il est inclus dans le programme Iter, se trouve indemnisé au double de ses espérances, pourra lancer un autre programme de recherche – peut-être plus prometteur –, n’aura pas à subir les risques économiques et écologiques de l’expérimentation.

Bref, et j’en reviens à mes moutons médiatiques. Moutons est bien le mot. S’agissant de panurgisme, ce ne sera pas la première fois – ni hélas la dernière – que je vais me pencher sur le quotidien de mon quotidien, celui qui, comme moi, se trouve dans l’œil du cyclone Iterien, à cette différence que lui s’en délecte benoîtement. Ainsi nous promet-il les étoiles. Et la lune avec.

Pour nous en tenir à la Une, en voici une lecture entre les titres, là où se dégage le sens caché des choses, là où les rapprochements semblent hasardeux. Voyons cela…

→ Lire le Post scriptum.

→ Lire aussi le texte de Jean Giono, de 1961 : Protestation contre l’installation d’un centre nucléaire à Cadarache.

Partager

Une réflexion sur “Iter, le soleil, les étoiles, la lune… et “La Provence”

  • 29 juin 2005 à 15 h 29 min
    Permalien

    Nous on a trouvé deux slogans

    “Ne soyons pas cons comme la lune en croyant à l’énergie des étoies de ITER”

    et “Il y a danger quand les savants se prennent pour ICARE en cherchant à domestiquer le soleil.”

    Tout ça est sur le site des verts du Pays d’Aix.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »