« Pianoman », fin de feuilleton

« Pianoman », bidonneur ou authentique amnésique ? En tout cas, ce Bavarois de vingt ans aura entretenu son énigme durant plus de quatre mois. Qui s’en plaindrait ? Sûrement pas les tabloïds britanniques ni leurs lecteurs, ni les médias du monde entier qui s’en sont payés à pleines colonnes et sujets radio-télé. Il n’est jusqu’aux blogs, comme « c’est pour dire », qui aient échappé au phénomène. Comme quoi le mystère reste un fameux moteur à propulser le genre humain. Mais où donc ? Mystère.


Lire l’article.

Partager

Une réflexion sur “« Pianoman », fin de feuilleton

  • 29 septembre 2005 à 17 h 30 min
    Permalien

    le mystère reste entier.
    j’ai écrit un roman qui explique la substitution possible d’Andreas Grassl par rapport à Pianoman. Si vous voulez connaître ce qui est réellemnt arrivé à pianoman, il faudra le lire dès qu’il paraîtra!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »