Et le cul de Libé, c’est du canard ?

À 1,20 euro les 28 pages, ça fait chéro la tranche de canard. Y a donc intérêt à rameuter. Libé exploite le vieux fond cul qui, toujours, tente d’assurer les fins de mois difficiles comme ceux d’estivation (cherchez pas, ça vient de sortir = hibernation estivale). À Libé, on appelle ça «culture du sexe», ça démarque des tabloïds british avec leurs «babes» plantureuses, certes. Mais pas forcément à l’avantage du quotidien branchouille dont la une [22/08/05] est plutôt trash – voyez ce cul poilu, comme il promet de belles ventes ! Heureusement, il reste au quotidien « fondé par Jean-Paul Sartre » les vraies valeurs de la Modernité libé(ralisée).

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »