Les avions tombent, le compassionnel vole bas

Les morts de la Martinique. Tout ce déversement compassionnel… Ça me met mal à l’aise. Et le « ça », une fois de plus, c’est la mise en spectacle et donc l’exploitation des émotions. Aussi sincères soient-elles, elle deviennent suspectes dès lors que les médias s’accaparent une réalité, la transforment bien sûr, et mettent le spectateur en position de voyeur. Tu n’as qu’à pas regarder ! Ce que j’ai fait devant ce trop de télé impudique. C’était hier.

2prov_1Aujourd’hui, me voilà rattrapé par mon quotidien de chez moi (La Provence), avec sa une et sa pleine dernière page de photos. N’est-ce pas trop, sinon suspect ? Que cherche-t-on à «payer» ? Quelle culpabilité, pour racheter quelle faute ? Comme si « on » recherchait le pardon envers ces « pauvres Antillais », si loin, si pauvres, si noirs. D’ailleurs, les morts de Charm-El-Cheik n’ont pas déclenché pareil «élan national» – ceux-là ne devaient-ils être que «normaux»?

Certains médias auront plus ou moins nuancé le traitement de l’événement, qui appelle toutefois bien des réflexions.

Lire l’article

Partager

1
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
light up

Bah voyons il ne manquerais plus que ces ‘pauvres antillais’ , ‘si pauvre’, si loin , si noirs , s’excusent de la perte des ses compatriotes. Aussi maladroite que de comparer des événements sachez quand même que ce drame pour une ile revient du coup à toucher 1 pers sur 3.Et que vos remarques douteuses ne font qu’accroître ce sentiment de d’incompréhension voir de dégouts que ce genre de propos post-colonialiste suscite envers les insulaires. Sous entendre que cette compassion serait du a des motifs autres que la tragédie elle même voir des motifs de races et autres raisons vu… Lire la suite

Translate »