Un bélier de Montbéliard, à pleines cornes dans l’horoscope

Eh oui !, faut vraiment de tout pour faire un monde – le nôtre en particulier. Ainsi ce « natif du bélier » de Montbéliard qui poursuivait L’Est-Républicain pour avoir publié un horoscope jugé diffamatoire à son égard…

Le tribunal d’instance qui avait mis son jugement en délibéré, a toutefois jugé mardi sa demande irrecevable, estimant que le plaignant était “dépourvu d’intérêt à agir” – un euphémisme ?

Ce lecteur n’avait pas apprécié que son signe astral soit associé à la prédiction suivante : “Certains retrouveront les émois de l’adolescence, surtout dans le domaine sentimental où l’envie de s’amuser prend le pas sur le besoin de construire du solide“. Ce qui ne fit pas rigoler notre homme, “un père de famille sérieux” estimant “qu’en tant que bélier” il pouvait être considéré par un employeur, au regard de cette prévision, comme “un coureur de filles”, peu fiable professionnellement.

Le plaignant, au chômage depuis deux ans, réclamait 51 euros d’indemnités au quotidien de Nancy qui a publié l’horoscope. Il a été condamné à verser 350 euros pour couvrir les frais d’avocat du journal. [Avec l’AFP – 20/09/05]

Question subsidiaire : s’il y a des incrédules, est-ce le rôle d’un journal d’information de les mystifier chaque jour ?

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Jacques

Emoi, emoi, emoi, disait le chômeur dont l’horoscope prédisait une période faste dans son activité professionnelle !

Translate »