En chrétienne de choc, Christine Boutin renonce à la moitié de son manteau (estimé à 18 000 euros mensuels)

La présidente du Part chrétien-démocrate. Oh, pôvre, la voilà bientôt à moitié à poil.

«Dernière minute
«jeudi 10 juin 2010, 20 h 19

«Christine Boutin renonce à son salaire de chargée de mission

«Christine Boutin a annoncé, jeudi sur France 2, qu’elle renonçait à sa rémunération de 9 500 euros par mois, tout en poursuivant la mission qui lui a été confiée par l’Elysée sur les effets de la mondialisation sur les politiques sociales.»

La grande âme,  la sainte dame, chantre du catholicisme de choc, présidente du Parti chrétien-démocrate, anti homo, anti IVG,
voilà qu’elle donne la moitié de son manteau (de vison)–  qui était le double donc (18 000 euros mensuels ! selon le Canard enchaîné,  plus voiture de fonction avec chauffeur, plus des bureaux et un secrétariat particulier !) de ce qu’il doit lui rester, soit encore plus de dix fois la misère du smicard ! (sans parler des sous-miséreux de l’ASS, RSA, on s’y perd… face à tant de riches…)

Au nom de quelles valeurs, autres que boursières, peut-on justifier une telle âpreté au gain ?!

Ainsi a-t-il fallu une dénonciation publique pour que pareil scandale cesse. Comme l’a dit Woerth, ministre, ce matin dans le poste, «maintenant qu’il y a polémique»… Parce que, pour sûr, si la discrétion avait pu être préservée, on n’en serait pas là. Satané Canard, Enchaîné de mes deux. Il faudrait bien le reprendre en mains aussi celui-là ! Après Estrosi, Amara, Gaymard, Sarkozy lui-même avec ses magouilles immobilières à Neuilly, et aussi Chirac, ne pas oublier, 30 000 euros de retraite mensuelle et  logé à l’oeil par son mécène libanais… mais qui parle de crise du logement dans cette outrageante monarchie ?

Partager

7 réflexions sur “En chrétienne de choc, Christine Boutin renonce à la moitié de son manteau (estimé à 18 000 euros mensuels)

  • 10 juin 2010 à 23 h 00 min
    Permalien

    c’est de l’anti-sarkosisme primaire, mais tu vraiment un boutin train(ha ha ha).
    mais un peu de serieux, a quand la fin des priviléges et des cumulard(droite et gauche confondu)la nuit du 4 aout?
    bon d’accord mais pas trop tard, je me leve tot.
    rené.

    Répondre
  • 10 juin 2010 à 23 h 04 min
    Permalien

    A propos de pleins aux as, voyez comment Jean-Pierre Elkabbach, patron d’Europe 1, mène si on peut dire une interview si on peut dire du patron de la banque Goldman Sachs pour l’Europe… Un modèle de complaisance même pas dissimulée, le type ânnonant ses fiches et l’autre passant les plats… Beurk.
    C’est en vidéo en plus, là : http://www.numerama.com/magazine/15926-europe-1-a-t-elle-oublie-que-sur-internet-la-radio-c-est-aussi-de-la-television.html

    Répondre
  • 11 juin 2010 à 9 h 00 min
    Permalien

    Et les footeux, y renoncent quand à leur prime ?
    Pour le dernier des bleus, 18 000 euros, c’est tout juste le prix d’une pipe. Tandis que nos sportifs ont les yeux tournés vers le fric, parait que le monde entier a les yeux tournés vers l’Afrique.

    Répondre
  • 11 juin 2010 à 9 h 09 min
    Permalien

    Ce qui serait intéressant aussi, c’est de voir comment tous ces gens-là, tous ces prédateurs (apparemment si “candides” que ça confine à l’autisme) instrumentalisent si bien le terme de “privilégié”… que les gens honnêtes ayant pour vivre un tout petit peu plus que le strict minimum en arrivent parfois à intégrer le mot comme pouvant s’appliquer à eux-mêmes !!!

    A écouter la rumeur publique, est “privilégié” le cheminot ou l’instit qui prend sa retraite à 55 ans, “privilégié” l’enseignant qui a deux mois de vacances l’été… “Privilégiés” même, tout un tas de gens dont le revenu tourne autour du revenu médian (dans les 1500 euros) ou le dépasse de 100 ou 200 euros.
    Il y avait dans Fakir 45 de mai-juin un article assez intéressant concernant le découpage des revenus en “déciles”! Je suis abonnée à Politis, mais Fakir n’est pas mal non plus…

    J’ai bossé des annnées comme instite rurale, et bien souvent je retournais dans ma classe le mercredi, le samedi et même le dimanche, effectuant à certaines périodes jusqu’à 50 ou 55 heures hebdomadaires… et je crois que mes 1500 € de retraite mensuels ne constituent pas un “privilège”.

    Cela fait quelques années que je me bats contre des proches ou amis pour qu’ils deviennent ATTENTIFS à cet abus de langage, et même critiques à son sujet. Par les “copains de copains” je côtoie souvent de “petites gens”, dont certains ont du mal avec leurs fins de mois. Ceux-là aussi me voient parfois comme une “privilégiée”. Si je leur demande: “Mais, si je suis privilégiée, que dis-tu alors des gens qui encaissent 6000 ou 10 000 € par mois?”. “Ah, ceux-là, ce sont carrément des voleurs!!!” a répondu José…

    Lors d’une réunion publique avec Martine Aubry (quand elle a effectué sa tournée de France l’année dernière), je disais publiquement que j’accepterais —à la rigueur— que mon revenu (retraite d’institutrice) baisse un TOUT PETIT peu, POURVU QUE soit appliquée à tous la limite de “revenu maximum admissible” préconisé par Europe Ecologie… (Je me définirais comme une “verte pastèque”, verte dehors, rouge dedans). C’est déjà énorme, puisque EE a calculé 30 fois le revenu médian, soit 45 000 €/mois. Et POURVU aussi (c’est sans doute l’essentiel) qu’un certain nombre de services vitaux (transports, logement, santé, culture, éducation… ) au lieu d’être bradés au privé qui va faire du blé avec, soient accessibles à un coût raisonnable.

    Quand mon mari me dit que nous sommes “privilégiés” parce qu’il a hérité de ses grands-parents un terrain et une vieille maison (les travaux, financés en partie par mon plan d’épargne logement, nous ont coûté plus cher, ou du moins autant que la valeur d’origine), alors là, je me fous en boule! NON, vivre dans la sécurité ne doit pas être considéré comme un “privilège”. A la rigueur, comme une “chance”… et bien sûr, on pourrait diminuer ce facteur “chance” par l’impôt, par une redistribution bien pensée. Mais… en commençant pas le “haut du panier”. Messieurs mesdames les moralistes, chrétien-ne-s ou non, commencez les premiers!

    Si on se réfère au sens originel, un “privilège”, c’est quelque chose qui est transmis par héritage selon la naissance, mieux, qui est concédé par un monarque (lui-même de droit divin.)
    Que j’aie de la “chance” en comparaison de certains de mes concitoyens, et même “beaucoup de chance” d’être née en France, par rapport à beaucoup de mes congénères de cette planète, je ne le nie pas. Et je veux bien qu’on me demande des efforts. Mais l’exemple doit venir d’en haut.

    Il devient proprement insupportable de subir ce double discours manipulateur.
    ——————-

    PS: Du coup, j’ai copié ce commentaire, quelque peu remanié, et j’en ia fait un billet pour mon propre blog!!!!

    Répondre
  • 11 juin 2010 à 9 h 45 min
    Permalien

    Ce gout pour le martyre des judéo-chrétiens…
    Mais si on peut éviter « à poil », même à moitié c’est déjà beaucoup !

    Répondre
  • 11 juin 2010 à 13 h 57 min
    Permalien

    Qu’elle abandonne la rémunération, c’est bien le moins, mais il serait intéressant de pousser l’enquête plus loin: qu’est-ce que c’est que cette mission? Quels talents – bien cachés – a Mme Boutin pour accomplir ce type d’étude? “Les effets de la mondialisation sur les politiques sociales”, je vous demande un peu. Si on commençait par lui demander les effets de son passage au ministère du logement sur la politique sociale de la France…
    C’est un peu comme si on confiait à Raymond Domenech une mission sur la bonne gouvernance mondiale des équipes de football.
    Que de scandales enterrés! On apprend aujourd’hui que Bachelot (qui a, me dit-on, placé son grand fils récemment dans un poste doré et ne correspondant pas à ses compétences) cumule également une retraite de parlementaire et son salaire de ministre. A qui le tour?
    On avait évoqué il y a quelque temps les logements “sociaux” de la ville de Paris. Où en est ce fameux inventaire? A quand une liste noms/revenus avec, en face, la liste des logements occupés et le montant de leurs loyers?
    Si on décidait, par un coup de baguette magique, de substituer à la stigmatisation de telle ou telle catégorie populaire prétendument favorisée un véritable assainissement de la vie publique en commençant par le haut de l’échelle, on ne tarderait pas à résorber la plupart des déficits.
    Vous avez dit impossible? Vous avez parfaitement raison!

    Répondre
  • 13 juin 2010 à 12 h 45 min
    Permalien

    Ce qui est en cause derrière cette dérive financière, n’est rien d’autre que la démocratie telle que nous la vivons au 21ième siècle. Les revenus de nos élus n’ont plus aucune relation avec la vraie vie. Je me souviens ici d’une reportage TV au lancement de l’Euro où Lionel Jospin achetait une baguette de pain avec un billet de 10 Euros et disait devant les caméras “Gardez la monnaie!”. Je préconise pour ma part un revenu affiché des élus, du conseiller municipal au président de la république, de l’ordre de 2 à 10 fois le SMIC, une interdiction des cumuls, et une limitation à deux mandats successifs maximum. Ainsi nos élus seraient dans la vie réelle de ceux qu’ils représentent, et ne seraient pas des professionnels de la politique, où les revenus et retraites auto-accordées, en font de nouveaux riches.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »