Ce pré­sident-là, qui estime plus un curé qu’un ins­ti­tu­teur, est donc allé cirer les mules du pape – pour ne pas dire plus vul­gaire. Aller à Rome régler une (sale) his­toire de Roms et pour se faire par­don­ner  les offenses por­tées à cette France catho, bien pen­sante d’ordinaire et cepen­dant aujourd’hui tarau­dée dans son sar­ko­zysme, y a-t-il plus vul­gaire en politique ?

Eh bien oui, il y a  ! Ain­si lors de l’échange des cadeaux (ça se fait) : si on en croit le cor­res­pon­dant à Rome de France Inter [8/10/10], Eric Val­myre, Sar­ko­zy l’intello a offert au pape une édi­tion d’époque du Génie du chris­tia­nisme et des Mémoires d’outre-tombe de Cha­teau­briand. Ça le repo­se­ra des mis­sels. En retour, vei­nard, il a reçu du pape une faïence et une gra­vure repré­sen­tant la place Saint-Pierre. Ravi, le « cha­noine d’honneur », ain­si bap­ti­sé en 2007 à Saint-Jean de Latran…, en a pro­fi­té pour deman­der une petite ral­longe, un pour­liche, une aumône : un cha­pe­let sup­plé­men­taire pour sa nièce… Oh que c’est tou­chant ! Et car­ré­ment vul­gos. Comme d’avoir ame­né des invi­tés sup­plé­men­taires à la visite de Las­caux. Ah ! ces petits coups de pis­ton et grands coups de canif dans la fonc­tion pré­si­den­tielle. On ne le refe­ra pas. Dans un sens c’est aus­si bien ain­si. Tant qu’à devoir le gar­der, que ce soit dans son entièreté.

PS. Et il l’a eu, son cha­pe­let en rab’, ain­si qu’en atteste l’agence AP : « Le secré­taire per­son­nel du pape, Mgr Georg Gäns­wein, s’est char­gé d’aller en cher­cher un et de l’apporter à Nico­las Sar­ko­zy. »

Share Button