On en est à comp­ter les tours d’avion de la ministre des affaires étran­gères du temps de la dic­ta­ture tuni­sienne de Ben Ali. Soit, il faut comp­ter. Et comp­ter aus­si, tant qu’affaires étranges, les autres tours d’avion de notre ver­tueux (pour les autres) et tou­jours aus­si bling-bling de président.

La presse belge a ain­si épin­glé, ce same­di 5 février, le dépla­ce­ment effec­tué la veille par le pré­sident fran­çais. Celui-ci, selon les quo­ti­diens belges, a choi­si de faire les 300 kilo­mètres qui séparent les deux capi­tales avec... deux avions. Outre l’avion pré­si­den­tiel, le fameux A330, en ser­vice depuis 2010 et rebap­ti­sé « Air Sar­ko One  » par ses détrac­teurs, la pré­si­dence fran­çaise avait éga­le­ment affré­té un Fal­con Tx,  plus petit. La télé­vi­sion belge a fil­mé les deux appa­reils qu’on peut voir ici :

L’achat et la mise en ser­vice de l’A330 pré­si­den­tiel avaient déjà don­né lieu à une polé­mique sur le coût de l’appareil et de sa trans­for­ma­tion pour répondre aux besoins du chef de l’Etat : 176 mil­lions d’euros au total. Celui-ci com­mu­nique depuis sur l’économie réa­li­sée en ven­dant les deux appa­reils pré­cé­dents. Il a éga­le­ment pré­ci­sé à quelques reprises que cet avion serait moins pol­luants que les deux A 319 uti­li­sés pré­cé­dem­ment. L’argument fait flop pour le voyage en ques­tion. De Paris à Bruxelles, le TGV Tha­lys met en moyenne une heure vingt. Une heure de vol de l’A330 pré­si­den­tiel revient envi­ron à 20 000 euros ; celle d’un Fal­con TX revient à 7700 euros. Le billet de train, lui, coûte 141 euros en pre­mière… A vos calculettes !

Le men­suel Ter­ra Eco avait déjà asti­co­té la pré­si­dence sur cette ques­tion, esti­mant, en novembre 2010, que Nico­las Sar­ko­zy était le 6e plus grand émet­teur de CO2 par­mi les chefs d’Etat et de gou­ver­ne­ment. « S’il avait voya­gé avec Air Sar­ko One dès cette année (2010), ajoute le maga­zine, il aurait mul­ti­plié par 2,5 ses émis­sions de CO2. Ce qui l’aurait rame­né en deuxième posi­tion de ce clas­se­ment », juste après Oba­ma. Allez, encore un effort !

À l’été 2010, Sar­ko­zy avait fait vali­der par Mati­gnon une note deman­dant aux ministres d’éviter autant que pos­sible les dépla­ce­ments en avion s’ils pou­vaient les rem­pla­cer par le train. [Source : LeMonde.fr]

» Déso­lé pour cette sata­née pub col­lante que je ne par­viens pas à reti­rer de la vidéo…

Share Button