De l'origine possible des pavés dans la tronche

>>> Attention ! Cette facturette serait un faux… Auquel cas, ça ferait “pan sur le bec” comme dit le Canard. Voir dans les commentaires ci-dessous.

Un copain m’envoie ça, qu’il a ramassé sur internet, après avoir été négligemment délaissé parmi les reliefs du festin – un simple brunch probablement. Pour ceux, dont je suis – les minables sans roleix –, qui ne liraient pas cette poésie dans le texte, tentative d’explications lexicales :

– les deux premières lignes, ça ressemble à du caviar (à la louche) : 15 000 euros quand même ;

– suivent le champagne, du Dom Pérignon; un mathusalem (soit 6 litres) pour commencer (50 000 euros !) ; le Dom Pérignon rosé à 20 000 euros le jéroboam3 litres seulement, mais vous m’en mettrez deux… (Notons en passant le surmoi biblique étiquetant les breuvages du célèbre moine …) ;

– quant au reste, langouste, badoit, coca, c’est tout ce qu’il y a de plus ordinaire – sauf les prix bien sûr, sinon ça servirait à quoi de se pavaner sur une plage de Saint-Tropez, probablement à bord d’un des ces yotes à la Bolloré…

Garçon, l’addition je vous prie !

Voilà Monsieur : 107 524 euros. Bah, pour 16 convives, ça fait jamais que 6 720,25 euros par tête de pîpe. Notez les quelque 16 000 euros de TVA. Pour le coup, une sorte de TVA sociale, version haut du pavé.

À propos, cette citation de Totor Hugo, ouais, celui des Misérables : “Le peuple, disait donc Victor Hugo, c’est comme les pavés : on lui marche dessus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête.”

[Merci Frank, et à la nôtre !]

 

Partager

14 réflexions sur “De l'origine possible des pavés dans la tronche

  • 7 juin 2012 à 18 h 29 min
    Permalien

    Le thé à 4 euros, ça colle pas là !

    Répondre
  • 8 juin 2012 à 10 h 14 min
    Permalien

    Révoltant autant qu’écoeurant. On a beau se dire que ça existe, en avoir une preuve ça fout un coup !

    Répondre
    • 8 juin 2012 à 12 h 30 min
      Permalien

      Merci pour ce contrepoint qui, en effet, semble conforter l’hypothèse du “fake” photoshopé. Une vérification plus directe serait à mener sur les lieux du “crime”, à Saint-Trop même. Je vais y songer…

      Répondre
      • 10 juin 2012 à 18 h 59 min
        Permalien

        Si tu fais une collecte pour la note de frais de cette nécessaire enquête, c’est au dessus de mes moyens…

        Répondre
        • 10 juin 2012 à 19 h 32 min
          Permalien

          Eh voilà l’ travail : les hyper riches nous hyper pompent ! (Voir en passant l’argumentaire de Vincent ci-dessous).

          Répondre
  • 8 juin 2012 à 21 h 05 min
    Permalien

    Mon ordinateur a dû déceler quelque chose: j’ai été repêcher “ton avis de passage” dans les spam!
    Ceci dit, pour cette somme, ils n’ont (ou n’auraient) pas bouffé grand-chose!

    Répondre
  • 9 juin 2012 à 8 h 08 min
    Permalien

    Fake or not fake, que ces mrs-dames schowbizeurs, footbaleurs, magouilleurs et autres gras du porte-flouze payent leur champagne 200 fois plus cher que moi ne me pose aucun problème. Même pas jaloux.

    Répondre
    • 9 juin 2012 à 19 h 22 min
      Permalien

      Ben moi si, ça me gêne ! si tu veux, ça heurte la morale, ou l’idée que je m’en fais : ce qui permet d’harmoniser le plaisir avec le bien commun. Là, c’est tout le contraire, exactement ce que je déteste chez les “trop-riches” et qui conduisent notre humanité, ce qu’il en reste, au bord du gouffre. En quoi, d’ailleurs, un 4×4 bouffant du 15 l/100 me pompe littéralement l’air en accélérant le réchauffement. Le plaisir du 4x4iste, puisque “plaisir” il doit éprouver, s’oppose au bien commun qu’est notre planète commune. Accumuler tant de pognon pour le claquer ainsi, je vois ça comme un pied de nez à la misère, une injure à la justice. Je lutterai toujours contre ça. Vingt guieux !

      Répondre
  • 10 juin 2012 à 15 h 10 min
    Permalien

    En fait, sur le plan moral, mon soucis c’est plutôt ma propre richesse par rapport aux malgaches ou aux haïtiens. Que les showbizeurs s’occupent de leurs notes de restos, chacun son problème. On est toujours le “trop-riche” de quelqu’un d’autre. Je crois que le fossé entre les vrais misérables de la planète et moi, franchouillard moyen, est bien plus grand que celui qui me sépare des dits showbizeurs. Mon propre resto à 30€ représente 2 mois du revenu moyen d’un congolais… Taper sur les (rares) plus riches permet d’éviter de se remettre soi même en question.

    Pardonne-moi Gérard, mais ta critique des 4×4 me semble sortir du même tonneau. Le réchauffement ne vient pas de quelques 4×4 (qui consomment aujourd’hui à peine plus que les autres voitures), le problème ce sont TOUTES nos voitures individuelles! Nos modes de vie occidentaux, des centaines de fois plus énergivores que ceux de 85% des humains, sont la vraie, voire la seule, cause du réchauffement. Ce n’est pas Total qui pollue, c’est nous tous, qui lui achetons son essence et la brûlons dans nos moteurs. Mais c’est plus confortable de taper sur Total que de mettre sa bagnole à la casse.

    Aussi, perso, je ne tape pas…

    Répondre
    • 10 juin 2012 à 19 h 47 min
      Permalien

      Non, pas “chacun son problème” ! comme s’il n’y avait pas de lien entre richesse et pauvreté ! Et a fortiori entre hyper-riches et hyper-pauvres. Je te renvoie aux innombrables données qui fleurissent sur internet autour de la question “riches/pauvres”. Exemple : “En 2009, 1% des foyers de la planète détient 38% de la richesse privée mondiale. Le nombre de millionnaires en 2009 a augmenté de 14%.” [ http://villemin.gerard.free.fr/Economie/Riche.htm ]
      Par ailleurs, ce que sous-tend l’accroissement des 4×4 en temps d’hyper crises économique ET climatique – les deux étant liées – c’est l’attitude de terre brulée (après nous le déluge), ce je m’en foutisme bling-bling et donc tapageur qui insulte la misère de l’hyper majorité de la population mondiale. On en hyper causera à une hyper occasion !

      Répondre
      • 11 juin 2012 à 1 h 39 min
        Permalien

        Je te laisse volontiers les 4×4 en pâture, je réclame juste le droit de participer à la curée. Je peux fournir haches, masses, barres de fer, tronçonneuses etc. (sauf pour le vieux Lada de Pouv…).

        En revanche je reste extrêmement dubitatif sur la signification d’une phrase telle que: “1% des foyers détient 38% de la richesse mondiale”. Détenir une usine en France rapporte des intérêts, certes, mais permet un bon niveau de vie aux salariés français qui y travaillent. Les haïtiens, malgaches ou congolais aimeraient énormément qu’il y ait beaucoup de capitalistes qui détiennent des usines chez eux. Le capitalisme enrichit d’abord les actionnaires, c’est sûr, mais il est surtout le seul système économique qui ait permis aux peuples (occidentaux) de sortir de la misère. A tel point que nous sommes devenus gras comme des cochons (cf. les 4×4). Mais aujourd’hui les ressources mondiales sont limitées, désormais ce sont d’abord les peuples hyper-consommateurs qui affament le reste de la planète. C’est à nous tous de partager nos magots avec les peuples miséreux. Peut-être d’ailleurs est-ce le sens profond dans lequel la crise économique actuelle nous emmène… Quant aux richesses des capitalos ou showbizeurs, pour moi, elles sont surtout un leurre démagogique pour contourner une réalité que nous n’avons pas envie de voir.

        Ce point de vue est hyper-minoritaire, tant pis pour lui, mais je le maintiens… Et d’accord pour en hyper-causer, à condition que ce soit devant un hyper-pastis.

        Répondre
  • 12 juin 2012 à 18 h 52 min
    Permalien

    @ Vincent : pourquoi les usines devraient-elles appartenir à un mecs et quelques actionnaires dorés sur tranche ? Seuls ces braves capitalistes seraient donc en mesure de sauver le monde et distribuer leur largesse ? Quelle visons paternaliste ! Quand au bon niveau de revenu des salariés français, faudrait peut-être leur demander ce qu’ils en pensent. On se demande pourquoi il y a des manifs. Pour y avoir bossé quelques années (en usine), je prenais le bus comme mes potes et mangeais ma gamelle en vitesse, et une fois payée ma piaule merdique meublée chez Emmaüs, c’était nada.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »