Lettre de Tunis sur l’"islamisme rampant"

J’ai reçu hier de Tunis ces nouvelles atterrantes et tout à fait dignes de foi (si on ose dire…) :

[…] Mais je voulais attirer ton attention et celles des nôtres sur une situation inquiétante que j’ai apprise hier :

Une bachelière ayant réussi au Bac avec mention a été orientée vers l’Ecole Supérieure préparant aux études d’ingénieur de Montfleury. Etant de l’intérieur du pays , ses parents ont cherché désespérément un foyer pour loger leur fille. Ils ont fini par en trouver un, pas trop loin du lieu de ses études, s’appelant d’ailleurs”FLEUR(Y)” ou “Fleur”. Bref, après les avoir fait attendre des semaines pour inscrire leur fille, le directeur de ce foyer privé a fini par l’accepter en faisant payer à ces parents un semestre (ou un an ???) d’avance.Tout en étant trois par chambre.

La rentrée ayant eu lieu, la pauvre jeune fille s’est trouvée prise dans un piège islamique exigeant des étudiantes :

– le port du niqab et ou khimar qu’on leur offre,

– la prière à heure fixe (en particulier celle de l’aube = réveil à 3 h du matin),

– des cours d’enseignement coranique sur place dès le retour de ces étudiantes de leur Institut…

Comme vous vous en doutez , on est bien loin hélas des conditions nécessaires à toute prépa… Inutile de vous dire que la pauvre n’a pu s’adapter à ce genre de programme, elle a quitté ce fameux foyer abandonnant  tous les frais d’inscription et les mois d’avance consentis ! Les parents cherchent encore une autre formule de logement.

Cet islamisme rampant à outrance donne froid dans le dos ! Mais où donc allons-nous ?!

A.B.

J

 

Partager

7 réflexions sur “Lettre de Tunis sur l’"islamisme rampant"

  • 12 septembre 2012 à 19 h 32 min
    Permalien

    Vous n’avez rien compris …
    Avec notre devise: Liberté Egalité Fraternité
    Nous pratiquons la Démocratie et la Laïcité.
    Eux, ils pratiquent… la Hallalïcité….
    On ne peut pas comprendre, cela nous dépasse, ils doivent être en avance sur notre société!!!!!!!!

    Répondre
  • 13 septembre 2012 à 9 h 43 min
    Permalien

    Mais, ne sont-ils pas, aussi, un peu beaucoup, alimentés par les excès de notre médiocratie … très médiatiquement assistée.
    Chacun ses dogmes ; on ne les voit/regarde pas : prisonnier de nos comportements ?
    Et puis surtout “Nous n’aimons pas les réveils de notre cœur déjà … vieux” ?

    Répondre
    • 13 septembre 2012 à 18 h 44 min
      Permalien

      C’est pas sympa de nous coller comme ça des citations qui semblent évidentes, mais qu’on ne parvient pas à préciser. Je savais que c’était du Brel naissant, mais il m’en a fallu du temps pour me souvenir que c’est la chute de “Sur la place”…Tahrir, probablement.

      Répondre
      • 13 septembre 2012 à 19 h 15 min
        Permalien

        Sans doute pas assez réveillé… Je ne saisis pas le fond de ta savante remarque… Moi aimerais bien pourtant…

        Répondre
  • 13 septembre 2012 à 10 h 21 min
    Permalien

    Dans “Almanya”, la bluette cinématographique de Yasemin Şamdereli, des enfants turcs s’effraient de devoir aller vivre dans un pays où les gens adorent une sculpture représentant un homme cloué sur une croix.
    J’avais un sentiment clair mais pas vraiment formulé jusqu’au jour (déjà lointain) où G.P. m’a fourni une clé: “en matière de religion, la meilleure est la pire”.
    Amen et inch Allah…

    Répondre
  • 15 septembre 2012 à 1 h 34 min
    Permalien

    L’autre jour je discutais avec un jeune jésuite français qui rentrait d’un séjour en Egypte. Il disait que, désormais, il y avait un fossé intellectuel quasi-infranchissable entre les égyptiens et les français. En Egypte l’être humain ne se conçoit que dans la spiritualité, toutes religions et opinions confondues. A l’inverse, la France relègue le spirituel dans le domaine privé, et ne s’interesse plus qu’à la vie matérielle des gens. Les deux visions sont incompatibles. Pourtant à la fin du 19e siècle les relations entre intellectuels orientaux et occidentaux pouvaient encore être riches, fructueuses et respectueuses (ex: Abd el-Kader). Cela semble bien fini.

    Il y a peu, on pouvait encore penser qu’en rapprochant physiquement les peuples la mondialisation allait faciliter et accélerer leur compréhension mutuelle. Aujourd’hui les occidentaux rationnels (!) font porter tout le poids de l’intolérance humaine aux religions et ne croient plus qu’à leurs DDH qu’ils imposent à tous, par la force si nécessaire. Les musulmans de leur coté ne voient d’espoir qu’en Dieu, ils pensent que l’Occident veut abattre leurs traditions religieuses, et refusent avec vigueur cette nouvelle colonisation intellectuelle. Enfin la “communication” entre les peuples passe obligatoirement par une médiocratie primaire et esclave du “scoop”. Chacun se considère comme seul détenteur de la vraie vérité. L’incompréhension, l’intolérance et le rejet de l’autre semblent plus grands que jamais. Tristes progrès…

    Pourtant la 1ère décennie de ce siècle a été la moins violente depuis prés de 150 ans, et l’espérance de vie jamais aussi élevée… Serait-ce là le seul bon thermomètre?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »