“Les Juifs” selon Pierre Desproges, un fossé de vingt ans avec Dieudonné

Desproges: “On me dit que des Juifs se sont glissés dans la salle?” “On ne m’ôtera pas de l’idée que, pendant la dernière guerre mondiale de nombreux Juifs ont eu une attitude carrément hostile à l’égard du régime nazi.”

Quand Pierre Desproges – il y a une vingtaine d’années – s’est commis avec son fameux sketch intitulé “Les Juifs”, la France n’en fut nullement retournée. Aujourd’hui que Dieudonné a mis le feu aux poudres, les meutes antisémites se lâchent. Elle déversent des tonnes d’immondices sur Daylimotion qui héberge les sketches de Desproges. Au point que le site a dû fermer le robinet des commentaires.

Que s’est-il passé durant ces deux décennies ? À l’évidence, le contexte a changé. Extension des communautarismes, notamment religieux ; attentats du 11 septembre 2001, guerres d’Afghanistan, du Proche et Moyen Orient ; impasse palestinienne surtout et colonisation israélienne. Autant de faits réels, objectifs, pourtant déniés dans la plupart des débats actuels autour de ces questions. Ce fut encore le cas hier lors de l’émission de Frédéric Taddeï  “Ce soir ou jamais” où, dès le début, le mot “Palestine” déclenchait  hostilité et clivage entre les intervenants.

Certes, Desproges et Dieudonné s’opposent comme le jour et la nuit. Le premier pratique une distanciation humoristique affirmée – à condition toutefois d’adhérer à ses codes et à cette distance ; en quoi le risque existe toujours. L’autre, à l’inverse, barbotte dans l’ambiguïté, joue sans cesse dans ses allers-retours entre le premier et le ixième degré. Quand il ne sombre pas carrément dans l’abjection. Ainsi, dans une telle confusion, son public trouve  assez « à boire et à manger » pour ne pas s’embarrasser d’un quelconque distinguo entre antisionisme et antisémitisme.

Quoi qu’il en soit, et pour mesurer cet écart qui marque pesamment deux époques, revoici donc “Les Juifs” par Pierre Desproges, version vidéo, ou audio.

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

12 réflexions sur ““Les Juifs” selon Pierre Desproges, un fossé de vingt ans avec Dieudonné

  • 12 janvier 2014 à 10 h 51 min
    Permalien

    Desproges était un humoriste… Nous assistons à une régression des mentalités qui à de quoi inquiéter.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 à 10 h 58 min
    Permalien

    Bien vu, Ponthieu ! “L’affaire Dieudonné”, cache misère d’une société de la grosse trouille. Humoriste, vos papiers. À quand le mètre étalon de l’humour établi ? Dieudonné, triste rigolo ou pas, les lois existent pour condamner le racisme. Car à trop vouloir fermer le robinet, c’est la conduite qui va exploser. Et pourquoi distinguer antisémitisme et racisme ? L’un serait plus grave, plus spécial que l’autre ? Zemour est-il drôle ? Walls est-il marrant ? Plantu aura t-il la médaille de l’humour triste ? Les vannes de Toto, les blagues malabar, sont-elles dangereuses ? Faut-il supprimer les machines à café, lieux de rassemblement des rigolos de service ? Coluche, Desproges, au niouf. Et ça vous fait rire ?

    Répondre
  • 12 janvier 2014 à 11 h 49 min
    Permalien

    Le mauvais goût et l’abject ont toujours existé mais, grâce à YouTube et aux réseaux sociaux, ils ne se cachent plus tout à fait. Ils ont pignon sur rue dès lors que ses supporters peuvent s’y adonner sans montrer eux-mêmes leurs visages. Ce qui incite ensuite un directeur de salle de spectacles à inviter tel ou tel saltimbanque, ce n’est pas tant l’appréciation de son talent que le nombre indiquant le nombre de fois ou tel ou tel de ses spectacles a été visionné sur la toile. Si l’humour s’est “décomplexé”, comme on peut le dire de la droite, c’est que ce qui chauffe désormais la salle (de spectacle), c’est internet. Les supporters de Dieudonné ont beau jeu de se réclamer de la démocratie quand leur idole est censurée, au prétexte qu’ils font NOMBRE. “Que s’est-il passé durant ces deux décen­nies ?”, demande Gérard. la loi n’est plus qu’une affaire de nombre, la démocratie est devenue celle du sondage, l’art et la culture, celle du chiffre (d’affaires). L’ère Dieudonné sonne la victoire de “l’opinion” (primaire et de masse) en lieu et place de la critique (singulière et distanciée) que symbolisait Desproges. L’opposition Vals / Dieudonné, ce n’est que du combat de coqs, du Spectacle (avec la majuscule que Debord prenait la précaution de mettre au mot). L’essentiel, comme toujours, se joue là où ne s’aventure pas le spectateur : en coulisses. Il est bien beau de se réjouir qu’avec internet, tout le monde peut donner son avis sur tout, il faut juste se souvenir que “tout se paie”. Et que c’est ce qui, au premier abord, a un parfum de gratuité se paie au prix le plus élevé : l’abjection et la barbarie.
    Dans tout ça, on aurait presque envie de plaindre Dieudonné. L’annulation de ses spectacles le met dans la panade financière quand Youtube, qui a assuré son succès pour avoir diffusé ses saloperies, court toujours. On n’est d’ailleurs pas prêt de l’arrêter. On n’arrête jamais le progrès.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 à 12 h 31 min
    Permalien

    On peut observer et réprouver le comportement d’Israél sans tomber dans l’antisémitisme. On sait que bon nombre d’Israéliens partagent cette appréciation, et la mort du père la colonisation nous donne l’occasion de les entendre à nouveau.
    Par contre, je ne pense pas que les groupies de bala bala voient dans les juifs autrechose que des opresseurs, comme ça,d’une façon peu documentée. Par communautarisme pour certains ou par analogie pour d’autre, une révolte anti système qui n’est pas sans fondement en France.
    Le fait que Desproges puisse faire la courte échelle à des commentaires racistes est une évidence très inquiétante. Un manque d’éducation élémentaire rend tout humour, mais aussi tout dialogue impossibles. Je ne vois pas bien comment on peut rattrapper ça. Le FN va s’en charger.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 à 21 h 21 min
    Permalien

    je reviens vers vous, comme disent les communicants. À 20 ans de distance, l’humour de second degré, acceptable et intelligent aurait donc disparu ? le cerveau serait devenu cervelle ? En vingt ans, la Poste a tracé des lignes jaunes à ne pas dépasser, les banques idem, les caméras ont fleuri, les radars (je suis pas contre) tentent de contenir les enragés, faut prendre un ticket pour acheter sa viandasse chez le boucher, le premier qui dit Palestinien est cuit… la liste est longue du flicage. la liste de la peur surtout. Rasez les murs, on s’occupe du reste, disent les gouvernants. Quel courage faut-il pour dire un mot aimable à une caissière sans passer pour un emmerdeur. Quand j’entends le terme du “vivre ensemble”, du “plafond de verre” et autre merde, je file au fond du jardin causer avec mes poules. La banquise font-elle plus vite que la libre parole ? Tout celà pour dire que le Dieudonné a le droit de la ramener. Quand les politiques dégueulent, chacun peut vomir. Quand à la télé on fait le concours de la vulgarité, Dieudonné peut gagner certes. Et encore, c’est pas sûr. Allez, je reprends la lecture des blagues de comptoir, jusque là ce n’est pas interdit.

    Répondre
  • 16 janvier 2014 à 10 h 33 min
    Permalien

    Desproges savait manier le second degré, ce que ne savent pas faire les humoristes actuels, sauf exception.

    Répondre
  • 3 janvier 2015 à 23 h 44 min
    Permalien

    Daniboum paye ces impôt en France, pour que nous les chômeur allons voir Dieudonne en spectacle, et que lui dieudonne reverse ces impôt en Afrique, Maroc, Tunisie, Suisse. DaniBoom finance Dieudonne??? C’est a mourir de rire Non?!!!! :-))))) c’est cool la France. Vive la France.

    Répondre
  • 15 janvier 2015 à 22 h 28 min
    Permalien

    15 janvier 2015 – 20H05

    “Tueries à Paris: “des rescapés” (1) de la Shoah craignent “une répétition de l’Histoire”

    AFP : La police française enquête sur la scène du crime de l’hyper cacher à Paris le 9 janvier 2014

    “Ida, Marceline, Sarah, Henri, Charles et Victor, déportés enfants, témoignent de l’enfer des camps dans un livre et, après la tuerie de l’Hyper Cacher, mettent en garde: “La Shoah n’a pas vacciné le monde. Il faut extirper la bête immonde qui ressurgit.”

    Source : http://www.france24.com/fr/20150115-tueries-a-paris-rescapes-shoah-craignent-une-repetition-lhistoire/

    (1) :Note : la mise entre guillemets “des rescapés” est du contributeur, et ce, d’autant plus que l’article A”F”P dans “F” 24 comporte le paragraphe suivant apparemment contradictoire :

    “Nous sommes très inquiets. On craint une répétition de l’histoire après ce qui vient de se passer à Paris”, réagit Henri Borlant, 87 ans, seul survivant des 6.000 enfants juifs de France de moins de 16 ans déportés à Auschwitz en 1942. “C’est arrivé, ça peut arriver encore”, poursuit ce médecin à la retraite citant l’écrivain italien Primo Levi, lui aussi rescapé des camps”.

    TOUS ENSEMBLE, IL EST TEMPS DE PLAIDER HAUT ET FORT : “SHOAH” DES JUIFS EUROPÉENS, FRANÇAIS EN PARTICULIER, NOUS, CITOYENS FRANÇAIS QUI N’AVONS JAMAIS ÉTÉ NAZIS, DE LA GÉNÉRATION “DES HEURES LES PLUS SOMBRES” ET, À FORTIORI AUX GÉNÉRATIONS ACTUELLES, NOUS PLAIDONS COLLECTIVEMENT : NON COUPABLES DEVANT UNE JURIDICTION D’UN VÉRITABLE ÉTAT DE DROIT !!!…

    Répondre
    • 15 janvier 2015 à 23 h 17 min
      Permalien

      Quelle contradiction ? Celle des guillemets entre “rescapés” et le témoignage ? Mais d’où viennent ces guillemets ? de Vous ? Et pourquoi dans ce cas ?
      Quelle culpabilité ?
      Des explications paraissent s’imposer pour maintenir la publication de votre commentaire.

      Répondre
      • 15 janvier 2015 à 23 h 45 min
        Permalien

        vous savez lire ?…

        Note : la mise entre guille­mets « des res­ca­pés » est du contri­bu­teur, et ce, d’autant plus que l’article A« F« P dans « F » 24 com­porte le para­graphe sui­vant appa­rem­ment contradictoire :

        “Ida, Mar­ce­line, Sarah, Henri, Charles et Vic­tor”, sans noms, en contradiction avec :

        « Nous sommes très inquiets. On craint une répé­ti­tion de l’histoire après ce qui vient de se pas­ser à Paris », réagit Henri Bor­lant, 87 ans, seul sur­vi­vant des 6.000 enfants juifs de France de moins de 16 ans dépor­tés à Ausch­witz en 1942. « C’est arrivé, ça peut arri­ver encore », pour­suit ce méde­cin à la retraite citant l’écrivain ita­lien Primo Levi, lui aussi res­capé des camps ».

        SORTEZ DONC DE L’ENTREPRISE DE CULPABILISATION MÉDIATIQUE, PSEUDO HISTORIQUE ET CULTURELLE, DES CITOYENS FRANÇAIS DE TOUTES GÉNÉRATIONS, ORIGINES, CONDITIONS SOCIALES, CONFESSIONS, RELIGIEUSES ET ATHÉE….

        Répondre
  • 24 janvier 2016 à 19 h 54 min
    Permalien

    Que l’athéisme soit une confession me semble paradoxal.

    Répondre
    • 24 janvier 2016 à 21 h 22 min
      Permalien

      À moi itou, sinon un non-sens. Mais reconnaissons qu’il y a des curés de la laïcité et aussi de l’athéisme, prosélytes d’un genre spécial, mais quand même…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »