Mai 1968. Les Shadoks débarquent et se mettent à pomper

29 avril 1968. Les Shadoks débarquent sur le petit écran de l’ORTF. Mai approche, le ver est dans la pomme. C’est le début d’une longue saga télévisée (208 épisodes) immortalisée par la voix de Claude Piéplu. Plus fort que Game of thrones, plus intense que True Detective, voici les Shadoks saison 1, épisode 1. Résumé : 

Sur la planète Gibi vivent les Gibis. Sur la planète Shadok vivent les Shadoks. Les deux peuples ont des difficultés à vivre sur leurs planètes respectives et décident d’aller sur la Terre. Et c’est aussi le début de la fin. D’on ne sait quoi…

Générique – réalisateur : René Borg – scénariste : Jacques Rouxel – auteur de la musique pré-existante : Robert Cohen-Solal – musique originale : Ted Scotto ; Philippe Beetz – commentateur : Claude Pieplu – dessinateur : Jacques Rouxel ;interprète : Jean Cohen Solal 

Document © Ina

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

5 réflexions sur “Mai 1968. Les Shadoks débarquent et se mettent à pomper

  • 2 mai 2014 à 18 h 24 min
    Permalien

    Rien fait de mieux depuis. Dessiné directos sur la pélicule et parait, réalisé au jour le jour. Sans 3D ni effets spécieux, rien que de la poésie, du talent et de l’huile de coude. Bravo Rouxel, parti depuis logntemps dans un coin du ciel. Plutôt à gauche, je pense.

    Répondre
    • 2 mai 2014 à 20 h 07 min
      Permalien

      Ouais, ça me paraît magique, tant de créativité sans esbroufe : inusable comme du Beethoven (grand dessinateur shadok, je crois).

      Répondre
  • 3 mai 2014 à 7 h 20 min
    Permalien

    Une complémentarité parfaite entre la simplicité des images et la voix “pompeuse” de Piéplu.

    Répondre
  • 4 mai 2014 à 20 h 51 min
    Permalien

    Déjà, à 11 ans, un vrai régal devant cette inventivité, une découverte de l’absurde, une ouverture vers hara kiri, ou bien d’autres… Toute une époque, on appelle cela la formation, la construction de soi!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »