« 31 juillet 1914, Jaurès est arrivé tard à L’Humanité… » 4/4 – Son fameux discours sur le courage (Albi, 1903)

jean-jaurèsC’est un discours prononcé en 1903 devant les élèves du lycée d ‘Albi dans lequel il a fait ses débuts comme enseignant, 32 ans plus tôt, après avoir obtenu l’agrégation de philosophie. Jaurès brosse à cette occasion un premier bilan de sa vie, évoque « l’insensible fuite des jours… », une réflexion sur le temps qui passe ; la confiance dans l’avenir, dans la mémoire, mais aussi sa fidélité à son passé, son angoisse devant les risques de guerre, la montée des périls (un de ses premiers grands discours sur ce thème), sa défense non pas de l’utopie de la paix mais du réalisme de la paix.

Jaurès privilégie l’action et la volonté des hommes et vante le courage dont il fait un des ressorts de son discours et de sa vie. Jaurès expose sa philosophie personnelle, faite de lucidité et de désintéressement ; c’est dans cet éloge du courage qu’il prononce sa formule célèbre : « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ».

Extraits sur le thème du courage.

[…]

L’humanité est maudite, si pour faire preuve de courage elle est condamnée à tuer éternellement.

■ Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ; c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action.

■ Le courage dans le désordre infini de la vie qui nous sollicite de toutes parts, c’est de choisir un métier et de le bien faire, quel qu’il soit ; c’est de ne pas se rebuter du détail minutieux ou monotone ; c’est de devenir, autant qu’on le peut, un technicien accompli ; c’est d’accepter et de comprendre cette loi de la spécialisation du travail qui est la condition de l’action utile, et cependant de ménager à son regard, à son esprit, quelques échappées vers le vaste monde et des perspectives plus étendues.

La cause des Arméniens

« Voilà dix-huit ans que l’Europe avait inséré dans le traité de Berlin (13 juillet 1878) l’engagement solennel de protéger la sécurité, la vie, l’honneur des Arméniens […] que l’Europe devrait demander des conptes annuels et exercer un contrôle annuel sur les réformes et sur les garanties introduites par le sultan dans ses relations avec ses sujets d’Asie Mineure. Où sont ces comptes? sont ces contrôles?

[…] Devant tout ce sang versé, devant ces abominations et ces sauvageries, devant cette violation de la parole de la France et du droit humain, pas un cri n’est sorti de vos bouches, pas une parole n’est sortie de vos consciences, et vous avez assisté, muets et, par conséquent, complices, à l’extermination complète … »

Jean Jaurès, discours du 3 novembre 1896 à la Chambre.

Ces paroles rendent assourdissant la parole feutrée de nos actuels “socialistes” à propos du martyre des Palestiniens.

■ Le courage, c’est d’être tout ensemble, et quel que soit le métier, un praticien et un philosophe.

■ Le courage, c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de l’établir et de la coordonner cependant à la vie générale.

■ Le courage, c’est de surveiller exactement sa machine à filer ou à tisser pour qu’aucun fil ne se casse, et de préparer cependant un ordre social plus vaste et plus fraternel où la machine sera la servante commune des travailleurs libérés.

■ Le courage, c’est d’accepter les conditions nouvelles que la vie fait à la science et à l’art, d’accueillir, d’explorer la complexité presque infinie des faits et des détails, et cependant d’éclairer cette réalité énorme et confuse par des idées générales, de l’organiser et de la soulever par la beauté sacrée des formes et des rythmes.

■ Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir mais de ne pas être accablé et de continuer son chemin.

■ Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense.

■ Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. »

Jean JAURÈS, Extrait du Discours à la Jeunesse, Albi 1903

L’intégralité du discours ici.

jean-jaurès
Jean Jaurès © Archives nationales
Share Button

Prenez la parole !

1 Commentaire sur "« 31 juillet 1914, Jaurès est arrivé tard à L’Humanité… » 4/4 – Son fameux discours sur le courage (Albi, 1903)"

  Subscribe  
M'avertir en cas de
Translate »