Rebsamem et les fraudeurs. Lettre ouverte d’un père de chômeur à un ministre qui devrait la fermer

Vous savez, ministre Machin-Rebsamem, petit ministrion dit du Travail, je vous emmerde carrément, au nom du droit et devoir de grossièreté, qui est celui de répliquer en proportion de l’injure.

rebsamem

[C]ar vous m’injuriez, ministrion de passage, par vos révoltantes paroles sur les chômeurs censés frauder. Vous m’insultez à travers mon fils chômeur – à qui Pôle Emploi refuse même un tiers temps ! – Ou, pour vous le répéter autrement, vous insultez le père d’un chômeur, et les deux en fait, et les millions de fils, de filles, de pères et de mères de chômeurs que votre politique d’incapables voudrait encore justifier, alors qu’elle le sait que reproduire « du même » : de la misère et de l’injustice.

C’en est à devenir violent et c’est ce qui vous menace, qui vous tombera dessus lorsque les mots, comme ici, ne serviront plus de défouloir, qu’ils se seront épuisés d’inanité. Lorsque les miséreux causés par votre incapacité passeront à l’acte et attaqueront vos palais et autres planques ministérielles et bureaucratiques.

Rebsamem, voyons, celui qui a cumulé tant et tant – le cumul, cette fraude à la décence politique, cette insulte à l’éthique : maire de Dijon, président de la Communauté d’agglomération du Grand Dijon (jusqu’aux dernières municipales et au remaniement de 2014), sénateur de Côte-d’Or et président du groupe socialiste au Sénat. Le 2 avril 2014, il est donc nommé au poste de ministre du Travail, de l’emploi et même… du dialogue social !

Rebsamem : combien chaque mois ? Combien en banque ? Parlons-en !

rebs

Cet ancien trotskyste, militant de la Ligue communiste révolutionnaire de 70 à 74, est aussi, depuis 89, franc-maçon de la loge Solidarité et progrès – ben oui, une vocation, la solidarité ! – du Grand Orient de France à Dijon.

Mais parlons plutôt banque. En 2007 et 2008, il se retrouve administrateur de la banque Dexia-Crédit Local de France  [Article de Wikipedia qui vaut le détour] et démissionne quelques jours avant la faillite de cette banque qui aura nécessité un apport de 3 milliards d’euros de l’État. D’après l’Express, François Rebsamen aurait démissionné de son siège d’administrateur de la banque soutenue par l’argent public quand Le Canard enchaîné eut révélé le montant de ses jetons de présence, 20 000 euros en 2007.

Rappelons en passant que « L’affaire Dexia » reste considérée comme « la plus grande catastrophe de l’histoire de la banque en France » (Le Monde, 8 mai 2012) et « le fiasco le plus cher de l’histoire des banques en Europe » (La Tribune, 19 juillet 2007). Selon la Cour des comptes, la faillite de Dexia, a coûté au moins 6,6 milliards d’euros à l’État français et au moins autant à l’État belge. Qui et où sont les fraudeurs ?

Un passage en banque semble désormais de bon aloi pour venir au secours pitoyable de l”’homme qui n’aimait pas la finance” et dont la seule espérance politicienne se résume à l’invocation du miracle par la sainte Croissance !

Toutes catégories confondues et outre-mer inclus, la France comptait 5 386 600 chômeurs à fin juillet. L’inverseur contrarié des courbes a donc embauché au poste de ministre du Chômage, un chasseur de fraudeurs. Un des ces affreux politiciens pas futés, un adepte de la radiation à tout va, le meilleur des leviers pour forcer la réalité. Casser le thermomètre pour nier la fièvre, une vieille pratique de droite, somme toute en phase avec sa nature.

Ne parlons plus de la gauche, pas de celle-là du moins. Au secours, Jaurès, ils sont devenus fous !

Partager

13
  Subscribe  
plus récent plus ancien plus apprécié
M'avertir en cas de
R.Luc

Oui, ta gueule Rebsamem ! Bravo pour ce beau cri du coeur et de révolte. Celui la chez Dexia, l’autre Rothschild, et le Sapin :” Michel Sapin a fait l’objet d’une enquête pour « complicité de répartition de dividendes fictifs » par les magistrats Jean-Pierre Zanoto et Philippe Courroye, chargés de l’instruction sur le volet financier de l’affaire du Crédit Lyonnais, banque publique alors sous sa tutelle quand il était Ministre de l’Économie. Ces juges saisirent la Cour de Justice de la République. (Libé repris par Wiki) Ta gueule ! c’est ce qu’on doit leur dire à la manière du “dégage” de nos amis tunisiens !… Lire la suite

Vincent

Rebsamen est un irresponsable qui ne connait absolument rien aux problèmes du chomage ni aux formations professionnelles ni aux dysfonctionnements de PE. A Dijon (où j’habite) ville dont il a été le maire pendant 11 ans, il a été incapable de résoudre la montée du chomage (9% de la population urbaine), maintenant devenu (enfin) Ministre, il veut renforcer les controles des chomeurs à PE incitant les conseillers PE à radier encore davantage si les gens ne recherchent pas “activement “un emploi ; mais comment chercher des emplois qui n’existent pas ? Il faut arrêter de prendre les chomeurs pour des fainéants, des… Lire la suite

En politique il est terrible ce manque d’humanité…
On est là uniquement pour une “carrière” (ce terme m’est de plus en plus insupportable et frôle la grossièreté), un pouvoir et certainement une paye outrageusement avantageuse par rapport aux les résultats obtenus !
Puis il y aura la confortable retraite…
Pendant ce temps, ceux qui, par leurs incompétences, auront été réduit à la misère disparaîtrons dans le dénuement.
Doit-on rappeler, au bourbier politique, qu’il y eut les lumières ?

J’aime quand tu te fâches tout rouge, mon Gégé!

Gian

Averti en son temps que les contrôles allaient s’aggraver, l’ex-chômeur que j’étais en avait profité pour affiner ses “documents” attestant d’une volonté frénétique de trouver du boulot : ça, c’était pour le quotidien ascétique. A côté de la quête d’un job épanouissant (oxymore !), il y avait les temps morts que je mettais à profit pour préparer le grand soir. Tiens, redeviendrait-il au goût du jour, quand gronde ci et là la colère ?

Essayez de m’expliquer par quel régime politique, on est gouverné aujourd’hui, en France ?

Liberté

Là, Gérard, tu m’as épaté !

Moi qui suis resté précarisé 19 ans… Lorsque j’entends des c. pareils, je comprends pourquoi le FN a un bel avenir !

Gian

Eric Rebsamen, le père de François, était recherché par la justice française pour collaboration active à Dijon durant l’Occupation, avant qu’il ne s’exile en Suisse pour se faire oublier. La Bourgogne Républicaine publie le 9 août 1945 un avis de recherche où une photo de l’Eric (né Erich à Stuttgart) le montre en officier de la Gestapo. Oui, je sais, son fils François n’est nullement responsable des idées de son géniteur… mais pourquoi ment-il effrontément en disant de lui qu’il était un Résistant qui est passé en Suisqse pour ne pas être enrôlé dansx la Wehrmacht ?

Gian

Décidemment, il n’y a que Jaurès qui – jusqu’ici – a été épargné…

Translate »