Démocratie et langage : l’épreuve de vérité

Mots et mensonges

 Alors que s’ouvre à peine l’ère du débat politique en ligne, en direct, et sans filtre journalistique, comment nos démocraties traversées par des tensions populistes croissantes pourront-elles continuer à fonctionner si chacun cherche à exploiter la crédulité des foules citoyennes numériques ?

Chef d’un parti de gouvernement, Laurent Wauquiez assume de dire « du bullshit » (en français, des conneries – littéralement de la merde de taureau) sur les plateaux de télévision. Si le mensonge est une pratique ordinaire dans la conquête du pouvoir, reste-t-il moins accepté dans son exercice ? À voir, surtout au Etats-Unis où, d’après un décompte du Washington Post publié le 20 janvier dernier, le président Trump a, au cours de sa seule première année de mandat, proféré en public 2140 mensonges, soit une moyenne de 5.9 par jour.

Pierre Rosanvallon : « L’histoire même de la démocratie, c’est de s’entendre sur les mots, comme celui de “peuple”. La démocratie, c’est le régime qui discute en permanence les mots sur lesquels il est fondé. »

Quand les mots perdent leur sens, parce qu’on les travestit – et de plus en plus souvent dans une autre langue, en l’occurrence le globish ou le franglais –, alors la démocratie devient une mascarade.

Les marques, les noms de boutiques, les titres de films, les mots du quotidien sont désormais passés à la moulinette de la décadence verbale 1 . Si je prends le journal qu’il m’arrive encore de lire, La Provence 2, je suis atterré par la profusion des anglicismes et du jargon techno-moderniste ou je ne sais quoi (on n’y écrit plus Agenda ou À noter mais « Save the date » !).

Pierre Rosanvallon
Pierre Rosanvallon (Capture d’écran)

Michel Serres ne cesse d’alerter sur cette forme de décadence – et bien d’autres avant lui, comme René Étiemble, pourfendeur du franglais. Je reviens sur ce fondamental sujet « de société », c’est-à-dire éminemment politique, dans le sens où le mot et la chose auraient encore une signification profonde. J’y reviens à l’occasion de l’intervention ce matin [26/2/18] sur France Culture de Pierre Rosanvallon 3 Il s’entretient avec Guillaume Erner sur le thème « Démocratie : l’épreuve de vérité ».

Le double sens de cet intitulé s’avère on ne peut plus judicieux, abordant pour le coup les questions sur la fameuse « post-vérité » et sur le complotisme comme réponse au mensonge politique – et peut-être sociétal 4  – généralisé, et dont la cause et l’effet s’entremêlent dans l’intimité des mots. Les conflits semblent naître et s’entretenir sur les sens différents portés aux mots dans des batailles de vérités d’où naîssent, en effet, des concepts aussi nébuleux et dangereux que celui de « vérités alternatives ».

Ça vaut le coup de prendre 17 minutes à l’écoute de cet entretien. En discuter également, par exemple ci-dessous, ce serait intéressant…

Notes:

  1. Nos amis québécois, qui bataillent depuis toujours pour la préservation de leur langue (encore la nôtre ?), constatent le désastre lorsqu’ils voyagent en France.
  2. Que dirige désormais, du moins sa rédaction, le dilettante franco-américain Franz-Olivier Gisbert et homme lige de Bernard Tapie.
  3. Sociologue, historien, membre du Collège de France, passé par la CFDT et le PSU et alors très branché sur le concept d’autogestion.
  4. Les slogans, tics de langage, formules creuses et autres clichetons démagogiques culminent en particulier dans les domaines de la « com’ » et de la « pub’ »
Partager

7
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Faber

Écouté également ce matin. J’avais peur de passer pour un vieux con en relevant ces torsions du langage. “Creative shopping”, qu’ils disent à Metz quand ils ouvrent un nouveau complexe commercial. De quel complexe on cause, hein ? Rendez-nous nos mots justes, ma langue, mon identité !

Gaby

Certes, il ne peut exister de faits sans une possibilité d’interprétation. Mais il n’existe pas d’interprétation sans la possibilité de
fait.

Et …s’entendre sur les maux…

Torsion du langage, de la pensée… L’hymne au mensonge politico-mercantile… Si vous saviez ce que j’entends et lis là où je travaille…

Gian

Perso, j’ai fait le lien depuis longtemps entre certains tics de langage et la fausseté du propos, qui relève alors d’une pensée artificielle car empruntée et généralement “mainstream” (c’est voulu). “En fait” est l’archétype de ces tics, et il a sacrément proliféré depuis pas mal de temps. Dès que je l’entends, je zappe, et vous savez quoi ? Mon temps de télé (où l’on parle) tombe à moins de 10 % ! Au fait, “en fait” = “amphèt'”…

Gian

Au fait, il faudrait aussi se référer à Huxley et sa novlangue, Korzybski et sa Sémantique Générale, Kemperer et sa Lingua tertii imperii et aussi à Chomsky, for instance.

Translate »