Niger. Les girafes de Kouré, lieu d’attraction djihadiste

Temps de lecture ± 4mn

Ce dimanche 9 août au Niger, des djihadistes à moto ont assassiné huit personnes, dont deux Nigériens et six Français, dans la zone de Kouré, juste là considérée comme protégée. Elles circulaient dans un 4X4 pour une virée d’agrément dans la réserve naturelle de Kouré, à la rencontre de girafes, attraction locale à une soixantaine de kilomètres de Niamey, la capitale. Et désormais lieu d’attraction de fait, et de méfait, pour les djihadistes assassins en mal d’exploits retentissants.

Capturer et tuer… pour exister. Le mode opératoire, « catch and kill » (capturer et tuer), à l’américaine, signe le forfait. L’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS) est une organisation militaire et terroriste d’idéologie salafiste djihadiste, créée en 2015 par Abdoul-Hakim el Sahraoui, le bourreau qui a égorgé lui-même devant une caméra un élu touareg du Nord Mali. Combattu par ses rivaux d’AQMI et du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), pourchassé par Barkhane et les armées du G5, victime de défections importantes dans le nord de la région de Tillabéri, l’EIGS a perdu beaucoup d’hommes. On la dit aux abois, ce qui expliquerait son horrible forfait.

« La plupart des victimes ont été abattues par balle » raconte une source locale à l’AFP. « Et une femme qui a réussi à s’enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches ». La même source décrit les corps gisant, côte à côte, près d’un véhicule 4X4 à moitié incendié et aux portières ouvertes. Des traces de balles étaient visibles sur la vitre arrière du véhicule. L’un des corps était carbonisé. D’autres présentaient des blessures mortelles à la tête.

Les six jeunes Français étaient des salariés de l’ONG Acted, une association humanitaire de solidarité internationale qui réalise des missions d’accès à l’eau potable, d’aide alimentaire d’urgence ou encore de mise à l’abri de populations en danger face à la menace djihadiste.

Il s’agit de la première attaque ayant visé des Occidentaux dans cette zone depuis qu’elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d’années, quand un petit troupeau de girafes peralta, une espèce qui a disparu du reste de la planète, fuyant braconniers et prédateurs, y avait trouvé un havre de paix.

Girafe de Kouré, 2006. Ph. Roland H. https://www.flickr.com/photos/rolandh/ (CC BY-SA) 

Giraffa camelopardalis peralta est une sous-espèce de la girafe qui se reconnait par les taches claires de sa robe. Au milieu des années 90, victimes de braconnage, les girafes de Kouré n’étaient que 49. On en comptait 366 en 2012, et 413 un an plus tard. Mais l’avenir du troupeau reste incertain – plus que jamais en raison de l’actualité, mais aussi du fait de la population paysanne : pendant la saison des pluies, les girafes pillent les réserves de haricots, de mil et ravagent les manguiers. Ravages que ne semblent pas compenser les quelques recettes locales dues aux retombées touristiques. Le manque de ressources alimentaires reste le principal problème de la population du Niger.

Il y a une bonne vingtaine d’années, justement, je me trouvais là aussi, à la recherche visuelle des girafes en péril – combien étaient-elles, ces bêtes magnifiques ? Quelques dizaines tout au plus, donc très menacées de disparition en tant qu’espèce. Tenter de les sauver, tel était précisément le but d’Isabelle Ciofolo et de son Association pour la sauvegarde de la girafe au Niger. Cette Bruxelloise nous avait alors demandé – mon ami africaniste Bernard Nantet et moi-même – d’alerter directement à notre retour à Paris le zoologiste de renom Pierre Pfeffer, ce qui fut fait lors d’une rencontre, en 1996, au Muséum d’histoire naturelle où il dirigeait la chaire de zoologie. Sa notoriété était grande, due à son engagement pour la cause animale dans le monde et à sa participation à l’émission télévisée très populaire, Les Animaux du Monde, animée par François de La Grange.

Les années ont passé, les girafes ont survécu tant bien que mal, néanmoins en se multipliant [voir ci-contre], tandis que des assassins fanatiques les transforment aujourd’hui en appâts pour leurs horribles méfaits, rajoutant ainsi à la problématique survie du troupeau local – les associations de sauvegarde étant désormais directement menacées.

Le Niger offre assez peu de distractions. Les girafes de Kouré constituaient l’une d’elles, à 70 km de Niamey, une heure de route. Comme l’explique un humanitaire en poste à Niamey, « Tout le monde y va, même les ambassadeurs, les diplomates, les professeurs, tout le monde ! Ce n’était pas du tout considéré comme dangereux. » En effet, selon les critères du Quai d’Orsay, tout le Niger est classé zone rouge, fortement déconseillée, sauf justement la zone de Kouré et la capitale, Niamey, classés en orange, soit en “zones déconseillées sauf raison impérative”.

La région de Tillabéri, où se trouve la réserve de Kouré, reste un territoire instable et réellement dangereux. Elle est située à la lisière de trois frontières, entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali, devenue depuis quelques années un repaire des djihadistes sahéliens, dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

niger-zones d'insécuritéMembre des pays du G5 Sahel, avec la Mauritanie, le Mali, le Tchad, et le Burkina Faso, un organisme de coopération sécuritaire régional destiné à lutter contre les groupes djihadistes en coopération avec les forces françaises de l’opération Barkhane, le Niger a reçu un appui militaire pour retrouver les traces de ces terroristes à moto, habiles à déjouer une surveillance peu efficiente dans cette zone à la lisière de trois frontières, entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali, devenue depuis quelques années un repaire des djihadistes sahéliens. Ces terroristes ont ainsi gangréné ce Sahel de tradition pacifiste, aux ethnies multiples référées plus ou moins à un islam tranquille et tolérant, tempéré d’animisme.

[Sources : AFP, Wikipédia, mondafrique.com, 5/5, Visactu, Vivafrik]

À lire aussi, sur une girafe historique : https://c-pour-dire.com/2010/01/22/la-mome-aux-grandes-cannes-sur-la-cane-canebiere/

et aussi : https://c-pour-dire.com/2010/05/17/parade-de-lom-a-marseille-la-seconde-mort-de-zarafa-brulee-vive-en-martyr-de-la-betise/

Et encore : Cette mise au point de Bernard Nantet : 

S’il y a une erreur à ne pas commettre en sortant de Niamey pour aller voir les girafes, c’est de ne pas confondre le nord et le sud. Kouré se trouve au sud-est de Niamey, Tillabéri est franchement au nord-ouest, erreur de localisation transmise tout en amont de l’information sur le massacre commis au Niger contre des expatriés (AFP, Wikipedia ?) et qui trouve probablement son origine dans les pérégrination de ces charmantes girafes peralt. Je les ai bien connues dès 1970 à Tillabéry, leur habitat d’origine, où la dégradation de l’environnement du fait de la sécheresse et des problèmes en découlant avec les paysans ont entraîné leur transfert plus au sud dans la région actuelle de Kouré, “plus boisée”. Isabelle Ciofolo était justement chargée dans les années 1990 de surveiller leur installation. Que ce soit dans le nord-ouest (Tillabéry) ou dans le sud-est (Kouré) on est toujours dans des régions dites des “trois frontières” (Niger-Mali-Burkina au nord ; Niger-Bénin-Nigéria au sud) propices à tous les trafics, avec un plus au sud où se trouve le grand parc du W peu peuplé. Des touristes français en goguette y furent momentanément enlevées il y a quelques années (mais leur guide fut tué). A l’époque de l’expérience de télévision scolaire au Niger (années 1970), les girafes de Tillabéry furent fascinées par la télévision dans les classes de brousse au point de passer leurs tête par les fenêtre pour voir ces drôles de choses qui parlaient en faisant des images. Plus tard, le colonel Ibrahim Baré Maïnassara, qui “dirigea” le pays de 1996 à 1999, voulut capturer une girafe pour l’offrir à son homologue nigérian lors d’un voyage officiel (la girafe est un signe traditionnel de paix et sa queue est utilisée comme chasse-mouche par les hauts dignitaires). Plusieurs animaux payèrent de leur vie la délicatesse toute militaire employée.
Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
2 Commentaires
plus récent
plus ancien plus apprécié
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
13 août 2020 8 h 47 min

Curieusement, ceci n’a pas fait la une dans la presse…
Mais, peut-être, suis plus assidu à tes publications qu’aux officielles.
Merci pour cette information sur ce terrorisme idéologique empreint d’une incommensurable bêtise.
Quant aux girafes, on ne peut qu’espérer qu’elles ne suivront pas l’extinction des espèces en cours.

Bernard Nantet
12 août 2020 17 h 20 min

Si il y a une erreur à ne pas commettre en sortant de Niamey pour aller voir les girafes, c’est de ne pas confondre le nord et le sud. Kouré se trouve au sud-est de Niamey, Tillabéri est franchement au nord-ouest, erreur de localisation transmise tout en amont de l’information sur le massacre commis au Niger contre des expatriés (AFP, Wikipedia ? et qui trouve probablement son origine dans les pérégrination deces charmantes girafes peralt. Je les ai bien connues dès 1970 à Tillabéry, leur habitat d’origine, où la dégradation de l’environnement du fait de la sécheresse et des problèmes… Lire la suite

Translate »
2
0
Votre commentairex
()
x