Chronique d'été, avec et sans masque. 4 – Du gratte-dos, des monstrueux traîne-couillons, du Niqab pour tout le monde

Temps de lecture ± 4mn 30

Quatrième et dernière fournée de cette chronique d’été, avec et sans masque. Où il est question : du gratte-dos comme preuve de l’imperfection animale et du génie humain… ; des dinosaures encalminés dans le port de Marseille ; du fameux masque et de l’évolution des rouleaux de PQ.

Samedi 22 août 2020Preuve que l’évolution de l’animal humain n’est nullement achevée : le gratte-dos. Cet admirable instrument, en effet, pallie le terrible handicap par lequel des parties du dos de l’homme, et de la femme aussi, je crois…, demeurent inaccessibles au plus commun des mortels (comme moi) dont j’exclus évidemment les contorsionnistes. Cette grande invention illustre la grandeur créatrice de l’Homme (majuscule) quand ses membres sont trop petits… et aussi quand son génie augmente le patrimoine de l’Humanité. En ce sens, il égale le fameux rasoir d’Ockam et son principe de parcimonie, qui valent un détour par google, wiki, etc.

Je réalise que pour le prix d’un aller simple Paris-Marseille en train je peux prendre un aller-retour Paris-Lisbonne en avion ! N’y aurait-pas comme un défaut ? Les économies capitalistes semblent suspendues à la reprise de l’aérien. Les compagnies aériennes engrangent des subventions que les États s’empressent de déverser. Il y va de milliers d’emplois,, disent-ils. Mais pas seulement. L’avion a toujours fait rêver. Historiquement, il était réservé à la classe des dominants : gouvernants, affairistes, showbiz. En ouvrir l’accès aux dominés apparut comme une nécessité du Marché. Le voyage « démocratisé », conséquence de la démocratie marchandisée, elle-même élargie à la globalisation – mot affreux ! Mais moins que la chose. Permettre à mon pécore picard de claquer ses sous à Marrakech devant une danseuse du ventre et un couscous « sans patates », était-ce l’ouvrir à la connaissance du vaste monde ? Admettons. Mais à quel prix ? Au prix du « low cost », du bas-de-gamme générateur de flux de transport élevés, donc de pollution galopante, de « croissance » insatiable. Dans ce domaine, à plus haute rentabilité encore, les « croisiéristes » dépassèrent les bornes marines en inventant des barres de HLM flottantes. Des milliers de volontaires – jusqu’à 6-7000, payants ! – s’agglutinent ainsi dans des espaces de confinement volontaire qui vaudraient des mutineries en milieu pénitentiaire où, il est vrai, les escales se font rares…

Trois de ces traîne-couillons, monstrueuses machines à rêves consommatoires, poireautent en ce moment dans le port de Marseille. Un providentiel vaccin pourrait se porter à leur secours, les sortir de leur torpeur, relancer la mécanique à exotisme bon marché. Mais ces dinosaures trouveront-ils encore assez de nourriture pour assurer leur lignée avant d’être dépecés dans quelque chantier indien ?

Tandis qu’on nous canule sur l’air de la « transition écologique ». Comme aurait dit Zazie : Transition, mon cul !

Dimanche 23 août 2020Graffiti infâmes à Oradour. Sans la loupe médiatique, ils n’auraient guère eu d’effets. Les abrutis s’enflent ainsi de leur nuisance. Comme sur les réseaux « sociaux » en se donnant quelque importance : trois lignes imbéciles, farcies de fautes, et hop ! D’autres abrutis s’agglutinent et se croient légion.

–––

Le masque obligatoire, c’est Niqab pour tout le monde. Le Coran-à-virus. De fait, ce virus si malin n’a pas seulement causé des milliers de victimes directes, et bien plus de chômeurs, touchant en plein coeur le modèle économique dont les vertus libérales « à flux tendus » devaient être si imparables et profitables aux nantis… il a aussi ruiné l’inestimable richesse de nos précieux sourires. Les lèvres ont disparu des bouches… bouchées dont ne sortent plus que des paroles filtrées. Même les grognons ne peuvent plus faire la gueule. Voici venu le temps des vrais zombies, de cette engeance qui ne lâche pas la main soudée au portable. Sans quoi on aurait encore pu espérer…

Lundi 24 août 2020 Le foot, un jeu entre le hasard, les corps, l’habileté, une forme d’intelligence – en proportions aléatoires. Le PSG ayant manqué la « coupe aux grandes oreilles », les footeux marseillais ont fêté leur « victoire », celle de l’OM qui reste le seul club français à l’avoir eue… Ici, en l’occurence, l’intelligence est demeurée reptilienne… Ceux du PSG ne vont pas toucher la prime aux gagnants : un million d’euros par paire de pieds. Les pôvres n’ont plus que leurs salaires éhontés.

Mardi 25 août 2020 – Question échelle des valeurs, le coronavirus nous aura révélé la place du PQ sur les plus hautes marches du trône (où l’on n’est jamais assis que sur son cul). Ce qui se trouve confirmé avec ardeur dans les départements « R&D » – Recherche et développement – des grandes marques du secteur. Ainsi voit-on se jouer de terribles compétitions : à qui produira le plus caressant, le plus épais, le plus parfumé, le plus plus… Ou alors, des rouleaux les plus compacts, ce qui évite les pannes inopinées, bien qu’à la fin on se retrouve toujours au bout du rouleau. Et là, qu’apprends-je ? Des rouleaux sans tube ! Non ? Si ! Une trouvaille du genre « Quoi, un nouvel Omo ?! » magnifiée par feu-Coluche. Sans tube, alors là, on bordure le fameux « couteau sans lame auquel ne manque que le manche » (Lichtenberg). On approcherait ainsi la dernière étape, la Fin de l’Histoire : plus de P, comme papier. Ne resterait que le Q.

L’Homme est un animal comme les autres : mangeur et excrémenteur. Pour le supplément d’âme, on verra…

Vendredi 28 août 2020 – Cinq ans après la tuerie de Charlie Hebdo s’ouvre, ce mercredi 2 septembre, le procès événement des complices de l’attentat du journal satirique, le 7 janvier 2015, du meurtre de la policière Clarissa Jean-Philippe, le 8, et de la prise d’otages de l’Hyper Cacher, le 9. L’hebdo Marianne pose la question tout en y répondant : « Les frères Kouachi peuvent-ils se targuer d’une victoire posthume dans leur guerre pour terroriser définitivement ceux qui auraient l’outrecuidance folle de se moquer des religions ? Oui. Car plus personne n’osera dessiner le prophète Mahomet, même pour rire. »

–––

Samedi 29 août 2020 – Il pleut.  Ranger autour de soi, dans les placards, traquer la poussière. « Mettre de l’ordre dans ses affaires », pour le cas où l’on ne passerait pas l’hiver. Principe d’incertitude, quête de la sagesse. Ça sent comme la fin de l’été. D’ailleurs, ce sera aussi la fin de cette même « chronique d’été ».

Partager
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Translate »
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x