« C’est pour dire » en post-réanimation

Pour la deuxième fois en quelques mois, C’est pour dire a fait l’objet d’une attaque massive des plus virulentes obligeant son hébergeur à prononcer la mise en quarantaine du blog devenu trop contagieux. Hospitalisation en réa’, intubation et tout le toutim : le malade se remet doucement, sous les soins attentifs de son « webmaster » [Merci Loïc Danguy des Déserts, de chez MarseilleWeb dont la devise reflète l’efficacité : « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ! »]. Le blog n’a pas retrouvé tous ses esprits, mais, comme on dit dans les médias, « le pronostic vital n’est plus engagé ». Néanmoins, masques, gel hydro-alcoolique, écouvillons et autres précautions sont de rigueur. Mais surtout pas de distanciation, ni de barrières d’aucune sorte !

À bientôt donc pour la suite de l’aventure. Et merci aux fidèles lecteurs !  (encore dénommés de nos jours lectrices-zé-lecteurs 😉

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

6 réflexions sur “« C’est pour dire » en post-réanimation

  • 10 mars 2021 à 10 h 16 min
    Permalien

    Et Raoult le local, alors ? Que ne tente-t-il pas un remède de son invention ? Dans tout son toutim, il devrait bien s’y trouver un antivirus efficace, non ? Moi, j’attends de pied ferme tous les esprits qui habitent “C’est pour dire“, et j’ai hâte de dire ce que j’en pense. Après la réanimation, il va y avoir de l’animation. Gérard, met le turbo, on suivra…

    Répondre
  • 10 mars 2021 à 10 h 33 min
    Permalien

    Ouf ! Me voilà ‘rassurée’ (un de mes vieux amis marseillais vient de surfer sur la ‘vague’ CoViDiesque de février 2021, un autre se remet – non sans difficultés – d’une ‘première vague’ hard en avril & mai 2020), C-POUR-DIRE commençait à me manquer. Courage, et merci encore de vos billets si toniques !-)

    Répondre
  • 10 mars 2021 à 12 h 07 min
    Permalien

    De quels extrêmes bords viendrait ce malfaisant virus variant ? A moins que ce ne soit cette nouvelle inculture sociétale “de l’annulation et de la dénonciation” (importée et tant intégrée par les dernières générations virtuelles mais dites actives, au lieu d’addictes) ?

    Répondre
    • 10 mars 2021 à 16 h 13 min
      Permalien

      On ne peut rien écarter ni affirmer concernant ce genre de manœuvres, à moins d’engager des recherches “policières” (d’ailleurs possibles). Le mieux étant, là aussi, de se protéger, sans s’épargner les “variants” toujours à l’affut…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Translate »