J’apprends sa mort par le pré­sen­ta­teur du Fes­ti­val des cinq conti­nents, hier à Mar­seille. John­ny Grif­fin, sax amé­ri­cain de Chi­ca­go, ins­tal­lé en France depuis une ving­taine d’années, dans la Vienne. On l’appelait «The Lit­tle Giant», pas si petit que ça par la taille, grand, certes par la musique : un son rond, chaud et aus­si acide au besoin ; je me sou­viens d’un concert de lui à la Cité de la musique en 98 par là, à la Vil­lette, avec ma fille ; impos­sible de retrou­ver le pro­gramme et la for­ma­tion ; mais je revois son visage plein, ouvert ; et aus­si son nom gra­vé dans le pavillon de son Sel­mer – je fan­tasme ou quoi ? Il avait 80 ans, avait eu le temps de fré­quen­ter bien d’autres géants du jazz, dont Art Bla­key, Lio­nel Hamp­ton, John Col­trane. Ce soir, FIP en lui ren­dant hom­mage a eu la géné­reuse idée de pas­ser un Round mid­night de 58, avec Monk lui-même au pia­no. « C’est pour dire » le res­sus­cite pour 4 minutes

1jgriffin.1217103455.jpg

Share Button