888.1194511123.jpg« Une étin­celle dans l’obscurité isla­miste »… J’avais hési­té sur le titre, le mot étin­celle ne me sem­blant pas très juste. J’ai failli rec­ti­fier par lumière, ou éclair. Après coup (de ton­nerre) et à la réflexion, étin­celle exprime bien le côté déton­nant des pro­pos de cette femme, Wafa Sul­tan. Pro­pos qui datent pour­tant de février 2006… tan­dis qu’il appa­raît que cette vidéo a depuis été char­gée et vue depuis des mil­lions de fois. Elle conti­nue à sur­prendre – comme ici même. Et elle a encore une belle lon­gé­vi­té devant elle, d’autant qu’elle fera date dans l’un des débats les plus vio­lents qui secouent aujourd’hui la pla­nète. Les inté­gristes ne s’y sont d’ailleurs pas trom­pés, ayant lan­cé contre cette femme syro-amé­ri­caine, de fac­to, une fat­wa. Aus­si reçoit-elle depuis l’émission sur Al-Jazee­ra des menaces de morts sur son répon­deur du genre : « Vous êtes encore vivante? Atten­dez et vous ver­rez ! », ou par cour­riel, en arabe : « Si quelqu’un devait vous tuer, ce serait moi. »

Wafa Sul­tan tra­vaille actuel­le­ment à la rédac­tion d’un livre dont le titre pré­vu est « Le pri­son­nier échap­pé : Quand Dieu est un monstre ».

Cette affaire paraît autre­ment sérieuse que celle des cari­ca­tures danoises de Maho­met. C’est bien pour­quoi – du fait de la soli­di­té et de la force de l’argumentation – les exci­tés du Coran ne se sont pas ris­qués à lui faire une publi­ci­té sup­plé­men­taire, bien trop gênante pour eux, à l’image du « débat­teur » de l’émission accu­lé à pro­fé­rer des ana­thèmes.

La toile inter­net s’est empa­rée du sujet, ain­si réper­cu­té sur des mil­liers de sites dans le monde ain­si que sur Wiki­pé­dia. J’ai trou­vé inté­res­sant de publier ici de larges extraits d’un article paru sur Iran-Resist [oppo­sants à la « mol­lah­cra­tie » de Téhé­ran], site qui a d’ailleurs élu Wafa Sul­tan « Per­son­na­li­té de l’Année Ira­nienne ».


[En février 2006], « Dr. Wafa Sul­tan, une psy­chiatre Syro-Amé­ri­caine, était une incon­nue de Los Angeles soi­gnant sa colère et son pro­fond déses­poir au sujet de ses core­li­gion­naires musul­mans. Aujourd’hui, par la grâce d’une inter­view inha­bi­tuel­le­ment acerbe et pro­vo­cante sur la chaîne Al Jazee­ra le 21 février, elle est une vedette inter­na­tio­nale, pré­sen­tée par cer­tains comme la voix pure de la rai­son, et par d’autres comme une héré­tique et une infi­dèle qui mérite la mort.« Dans cette inter­view, qui a été télé­char­gée sur Inter­net plus d’un mil­lion de fois en deux semaines et a été trans­fé­rée par mail des cen­taines de mil­liers de fois, Dr. Sul­tan a cri­ti­qué les musul­mans, leurs saints, leurs com­bat­tants et leurs chefs poli­tiques qui d’après elle ont défor­mé les ensei­gne­ments de Maho­met et du Coran vieux de 14 siècles.« Elle a dit que les musul­mans du monde, qu’elle com­pare en leur défa­veur aux juifs, se sont enfon­cés dans un tour­billon d’apitoiement sur soi et de vio­lence. Selon elle, le monde n’est pas le témoin d’un désac­cord des reli­gions ou des cultures, mais d’une bataille entre bar­ba­rie et moder­ni­té, une bataille que les forces de l’islam violent et réac­tion­naire vont perdre.copie-ecran-2.1194480303.jpg« En réponse, les ecclé­sias­tiques musul­mans du monde entier l’ont condam­née, et son répon­deur télé­pho­nique déborde de menaces de mort. Mais les réfor­ma­teurs isla­miques l’ont féli­ci­tée pour avoir dit, et en arabe sur le réseau télé­vi­sé le plus vu du monde arabe, ce que peu de musul­mans osent dire même en pri­vé.« Je crois que nos peuples sont otages de leur propre croyance et des ensei­gne­ments », a-t-elle dit à une jour­na­liste cette semaine [mars 2006] à Los Angeles.« Dr. Sul­tan, 47 ans, porte un polo et une jupe très élé­gante, avec des chaus­sons four­rés et de grosses chaus­settes. Ses yeux et ses che­veux sont d’un noir vif et ses manières simples contrastent avec ses intenses paroles : « La connais­sance m’a libé­ré de cette pen­sée rétro­grade. Quelqu’un doit nous aider à libé­rer le peuple musul­man de ses croyances erro­nées. »»> Lire tout l’article

»> Voir aus­si une autre inter­view de Wafa Sul­tan »>

Wafa Sultan

Share Button