La Provence. Trois Pantoufles de presse en deux pages : tournée générale !

Prov2_1
Quelle perche ne me tend-il pas le Gilles Dauxerre du jour [2/02/05] ! Je veux parler de son édito intitulé «Sauver le français» où il déplore que la dictée d’un texte de Daudet fasse autant de ravages… chez les lycéens.

Ouf !, on aurait pu craindre que ce ne fût chez les journalistes. Pourtant, dans La Provence de la veille [1/02/05], une petite correction aurait fait du bien – en particulier à celui, ou celle, qui manque visiblement, lui/elle aussi, de repères orthographiques.

Voilà donc pour la première Pantoufle, qui ne sera que de bronze et à partager avec le secrétaire de rédaction. Le président du jury du PPP (Palmarès de la Pantoufle de Presse, voir le règlement) en a appelé à l’indulgence, pour avoir fauté lui aussi dans son plus jeune temps. N’avait-il pas commis un titre sur «les balais de l’Opéra du Rhin» ?! Heureusement, c’était au temps, non pas du cinéma muet – quand même ! –, mais du temps où l’on ne jetait pas encore les journalistes à 55 ans. Son titre fut donc rattrapé par un confrère senior qui le sauva de la honte, et L’Alsace avec, son premier journal.

Provence2

La deuxième Pantoufle, dans la même page, présente le double avantage de cumuler l’or et l’argent – comme chez Johan Strauss, pour les valseurs.

Si celle de bronze a l’excuse de l’ignorance, celle-ci relève de la vraie flemmardise tue-la-presse. L’aveu réside dans le jeu entre la photo et la légende, qui précise: “Contrairement à ce que laisse supposer la photo, les cybercafés ne font pas toujours le plein.” Double négation qui revient à dire au lecteur qu’il se fait avoir : Vous voyez cette photo ? En ben non, c’est pas ça ! C’est même le contraire !! Et pourquoi ? Parce que le photographe, ben… l’était pas là, ou que la journaliste avait oublié son appareil… Ou, ou, ou… qu’on s’en fout. Pantoufle d’or donc, avec félicitations du jury. Lequel ajoute une Argent pour défaut de relecture du titre [résitance], mais accorde la confusion des peines…

C’est tout pour cette page Métropole ? Ben… juste encore une ‘tite question, là, à propos de ces mots qui reviennent trois ou quatre fois dans un fait-divers : «home-jacking»… c’est quoi ça, peuchère ?! Mais, bon, je m’écrase…

Prov

J’en finirai pour aujourd’hui avec cette photo de une qui «vaut». La précédente, ci-dessus, montrait le contraire de ce qu’il aurait fallu voir. Celle-ci montre que ceux qu’on voit ne sont pas celui qu’on ne peut voir… Enfin, je vous laisse commenter, je sens que je me fais des ennemis… Mais ils s’en prennent quand même une d’Or. Total : trois bonnes Pantoufles, en deux pages…

Heureusement, j’entends dire que dans certaines rédactions on se marre bien du jeu de la Pantoufle de Presse. Ce qui est réjouissant. Tant qu’il y a de l’umour, il y a de l’espoir ! Je sens bien, au fond, que tout ça va finir en quelques tournées générales. Une occasion pour dire aussi combien ce Palmarès est foncièrement injuste puisque n’y concourent que radios, télés et journaux de ma zone de chalandise… Injuste, peut-être, mais gratuit ! Quand je pense à toutes ces rédactions qui paieraient, cher, pour s’offrir les services d’un emmerdeur dans mon genre !

NB : J’étudie toute proposition…

Pantouflebronze_2 Pantoufleargent_2 Pantoufledor_12

Partager

1
  Subscribe  
plus récent plus ancien plus apprécié
M'avertir en cas de

Oh la correction ! Oh le fouettard ! “Johnny fais-moi mal!”, envoie-moi une Pantoufle (bronze en l’occurrence), mais dans la tronche! Je croyais soigner particulièrement la finition – la moindre des choses quand on la ramène, hein… Bon, mais on peut toujours faire mieux et il faut y tendre. Cela étant, si j’ai la dent dure sur les contenus, je suis plutôt indulgent avec les fautes d’ortho, quand elles ne sont qu’accidents de parcours. J’entends ça comme en musique : des couacs qu’on pardonne dès lors que “ça joue”. Les ramasseurs de coquilles, les flingueurs de fautes ne sont parfois pas si loin… Lire la suite

Translate »