J’écoutais le jour­nal de 8 heures d’Inter (same­di 14 jan­vier) et je suis scan­da­li­sé. C’était au sujet du môme de 10 ans tué sur le par­cours du Paris-Dakar.

Ça com­mence mal, c’est dans le jour­nal des sports. Autant deman­der à Jean-Marc Syl­vestre de faire un papier sur un acci­dent du travail.

On ne sau­ra rien du môme, tout est trai­té sous l’angle des orga­ni­sa­teurs de la course : « On ne peut pas contrô­ler 380 km de piste (envi­ron, je cite de tête), on demande aux concur­rents de ne pas dépas­ser 50 km/h dans les vil­lages, on pré­vient quinze jours avant, il y avait foule plus que prévu… »

Résul­tat des courses, si j’ose : on ne sait pas si l’accident s’est pro­duit dans un vil­lage, ou à l’extérieur ; sans doute dans un vil­lage, s’il y avait foule, mais on ne sait rien de la vitesse du conduc­teur ; rien sur son identité.

Quant au môme, on n’a même pas su son prénom.

Jean-Louis Bétant

Share Button