Un coup à res­sor­tir nos Pan­toufles (d’or en l’occurrence) ! A moins que La Pro­vence et cer­tains de ses jour­na­listes aïo­li n’aient déjà chaus­sé les tongs d’été. On en rirait si ce n’était dra­ma­tique. Ain­si, pour le quo­ti­dien mar­seillais, deux morts dans un incen­die c’est deux fois rien à côté de 25 hec­tares de brous­sailles par­tis en fumée. Tel est le mes­sage hau­te­ment huma­niste et jour­na­lis­tique déga­gé par la une du canard de ce same­di 28 mai. La page 7 n’en est pas moins expli­cite dans la confir­ma­tion des valeurs hié­rar­chiques de l’information. Voyez vous-même.

1prov_2

Expli­ca­tions : Incu­rie pro­fes­sion­nelle ? Ou sa variante, la flemme pan­tou­flarde ?, ce mal ram­pant de bien des rédac­tions démo­bi­li­sées. Les deux mon géné­ral ! Ris­quons une hypo­thèse, en atten­dant l’improbable démen­ti : La brous­saille a eu la chique idée de s’enflammer à une heure rai­son­nable (7 heures du matin) et à la vue de « mil­liers d’usagers de l’autoroute Nord ». Ensuite, il a duré assez pour déclen­cher l’armada des secours, ce qui est « bon, Coco ! » pour gon­fler l’image de une et enclen­cher la méca­nique catas­tro­phiste si cher aux jour­na­leux. Il faut aus­si com­prendre qu’après la sur­dose « OM », le quo­ti­dien des sup­por­ters a dû en rabattre sur le cha­pitre (pour cause de défaite, au cas où cer­tains n’auraient pas sui­vi cette exis­ten­tielle actua­li­té), et encais­ser du même coup une chute des ventes.

2prov_3
Quant à l’autre « fait divers » – dont on ne nous dit même pas ni qui des vic­times (« la jeune [sic] aurait sau­té avec son autre enfant » [sic]), ni où exac­te­ment (pas de nom de rue ni quand (« dans la nuit » ou « hier soir », selon la une ou la sept…) – il sera pas­sé inaper­çu des « usa­gers » auto­rou­tiers et n’a déran­gé ni Cana­dair ni Dash-8. Quel inté­rêt, hein ? Et puis si tard… Le canard devait être en bou­clage ou je ne sais quoi de tech­nique qui aura empê­ché au jour­nal de faire du journalisme.

Dieu mer­ci, si on ose dire, la radio du same­di a eu, avec ce drame, de quoi se mettre sous la dent creuse d’une actu mer­dique. Cannes, Clears­tream, cor­beau et renards qui finissent par gon­fler le peuple – pas les ventes.

Share Button