Omar Bel­hou­chet, direc­teur de publi­ca­tion d” »El Watan », et son chro­ni­queur Chaw­ki Ama­ri ont été condam­nés, le 27 mai 2007, à deux mois de pri­son ferme et à ver­ser une amende d’un mil­lion de dinars (plus de 10 000 euros).

Joint par Repor­ters sans fron­tières, leur avo­cat, Me Zou­beir Sou­da­ni, a sou­le­vé de nom­breuses irré­gu­la­ri­tés de pro­cé­dure. Il a, par ailleurs, déplo­ré la récente déci­sion de la Cour suprême d’autoriser le dépôt d’une plainte aux lieux de dis­tri­bu­tion et non plus seule­ment au lieu de publi­ca­tion des journaux.

Les deux jour­na­listes ont fait appel de la déci­sion. En décembre 2006, le tri­bu­nal de pre­mière ins­tance de Jijel (360 km à l’est d’Alger) les avait condam­nés, par défaut, à trois mois de pri­son suite à la plainte en « dif­fa­ma­tion et outrage » dépo­sée par le pré­fet de la ville, accu­sé de cor­rup­tion dans les pages du jour­nal quelques mois plus tôt. Les deux jour­na­listes, n’ayant pas été infor­més de la plainte ni convo­qués au tri­bu­nal, ont pu obte­nir un nou­veau jugement.

Share Button