manif2.1195683850.jpgMisère de misère, l’ancien pré­sident mis en exa­men ! Avec les grèves, le cli­mat poli­tique, le cli­mat tout court, ne man­quait plus que ça. Heu­reu­se­ment, il y a l’actuel, encore tout feu tout flamme, et tel­le­ment «clas­sieux». Ecou­tez-le jurer comme un char­re­tier – une pro­fes­sion ain­si sau­vée de la dis­pa­ri­tion –, sur l’air de la «racaille» d’Argenteuil, mais cette fois, au Guil­vi­nec, où ce fut bien aus­si. Les télés n’’ont pas mon­tré l’intégrale, qu’on trouve sur You Tube et ain­si réta­blie dans le Canard enchaî­né du 14 novembre. Florilège :

« Un mani­fes­tant gueu­lard : “Hé 140 % ! 140 % de plus, enculé !“
Le pré­sident de la Répu­blique : “Qu’est-ce qui a dit ? C’est toi qui a dit ça ? Ben des­cends un peu l’dire ! Des­cends un peu !“
Le gueu­lard : “Bah, si j’descends, j’te mets un coup de boule, alors vaut mieux pas.“
Le pré­sident de la Répu­blique : “Si te… si tu crois que c’est en insul­tant que tu vas… que tu vas régler le pro­blème des pêcheurs, eh bien, per­mets-moi de te dire… per… meu…tu… qu’tu… vin… tsé… ben, viens, viens, viens qu’on discute !“ »

Pas de doute, le réchauf­fe­ment fait aus­si mon­ter le niveau politique.

© Des­sin d’andré faber

Share Button