1perrot.1218289038.jpgUn autre cas, bien signi­fi­ca­tif du « per­ro­quet­tage » poin­té ci-des­sous par Max Dor­ra, s’est révé­lé autour de la mort de Sol­je­nit­syne. C’est l’ami Jean-Louis, cer­bère pro­fes­sion­nel dans un quo­ti­dien, qui me le signale ainsi :

« Les cor­rec­teurs du Monde.fr dans leur blog (Langue sauce piquante de ce mar­di 5 août) posent une jolie ques­tion (à 1 000 € le SR sta­giaire d’été) :
« Com­ment ne pas lever les yeux au ciel (avec ou sans majus­cule) quand on lit dans la dépêche AFP qui annonce la mort de Sol­je­nit­syne (réper­cu­tée par toute la presse) que celui-ci a “a révé­lé au monde la réa­li­té du sys­tème concen­tra­tion­naire sovié­tique” ? L’AFP n’a semble-t-il jamais enten­du par­ler ni de Vic­tor Serge, ni de Boris Sou­va­rine, ni de Panaït Istra­ti*, ni d’Anton Cili­ga (liste non limi­ta­tive), qui en ont par­lé dès les années trente, ni du récit de la grève de Vor­kou­ta (grève de la faim de plu­sieurs cen­taines de déte­nus trots­kystes dans le Grand Nord en 1936-1937, sui­vie par leur exter­mi­na­tion, à laquelle Sol­je­nit­syne fait d’ailleurs allu­sion dans le Pre­mier Cercle). Mais il est vrai qu’on ne peut pas tout savoir. [Note de GP : Tout savoir, certes non ! Mais dou­ter, sur­tout dou­ter…].

Ce qui a ame­né ce com­men­taire [Note de Jean-Louis : exa­gé­ré, je trouve] d’un de leurs lecteurs :
« Com­ment ne pas lever les yeux au ciel quand on lit dans la dépêche AFP qui annonce la mort de Sol­je­nit­syne (réper­cu­tée par toute la presse) que celui-ci a “révé­lé au monde »
« Bien dis donc, mais c’est en per­ma­nence, c’est même le mode de fonc­tion­ne­ment nor­mal des médias. L’agence, si c’est plau­sible, balance sur la ligne ce que lui a dit quelqu’un - ou ce qu’elle a com­pris - mais après sou­vent aucun contrôle, ce sont les lec­teurs qui alertent de ces conne­ries. D’ailleurs ce mode de fonc­tion­ne­ment est par­fai­te­ment inté­gré par les asso­cia­tions sur­tout dans les domaines : envi­ron­ne­ment, éco­lo­gie, ani­maux… et appré­cié par beau­coup de médias pour le côté sen­sa­tion­nel, héros, che­va­lier blanc.»

La géné­ra­li­sa­tion, autre tra­vers média­tique, appa­raît aus­si haïs­sable dans ce com­men­taire. Mais la ques­tion demeure : Sol­je­nit­syne a acquis la noto­rié­té par son œuvre, par son action et grâce à une conjonc­tion média­ti­co-his­to­rique dont ses pré­dé­ces­seurs n’ont pas ou pu béné­fi­cier. En ce sens est-il le « décou­vreur » du gou­lag aux yeux du monde.

–––––––

PS. La machi­ne­rie média­tique ne sau­rait prendre de vacances. Mais elle en subit quelque contre­coup, comme on a pu le sou­li­gner ici [Recette de cui­sine poli­ti­cienne avec petits mitrons de jour­na­leux ], puisque le temps des sta­giaires fleu­rit avec les « chas­sés-croi­sés », tan­dis que les chefs d’édition bullent de ci de là avec ordre de ne déran­ger que si cata abso­lue. Ce qui fait que cet été sera celui des parents indignes qui étouffent leurs pro­gé­ni­tures dans les bagnoles – on a la cani­cule qu’on peut. Les petits qu’on tru­cide, ceux qui fuguent et mobi­lisent la bien­veillante maré­chaus­sée héli­por­tée ali­mentent bien aus­si les petits panur­giens qui s’essaient au noble métier d’informer…

* Sur Panaït Istra­ti notam­ment, écri­vain rou­main de langue fran­çaise, voir sur « C’est pour dire » ici et .

Share Button